Carine D en Afrique du Sud

Témoignage : développement international en Afrique du Sud par Carine D

J’ai effectué mon volontariat au Cap au sein de la fondation « Where Rainbows Meet » implantée à Wrygrond, une communauté relativement pauvre où le chômage, la criminalité, la violence et la toxicomanie sont omniprésents. Cette organisation vise à améliorer le quotidien des personnes vivant dans la communauté et les environs. Depuis 2008, elle propose ainsi plusieurs services d’information et divers projets de développement : un atelier couture et confection de bijoux, un atelier cuisine pour les repas de la journée, un atelier jardin dont les légumes sont utilisés en cuisine, des cours d'informatique, des ateliers pédagogiques en lien avec l'école et des ateliers périscolaires.


Au cours de ma mission, je suis principalement intervenue sur l'atelier cuisine et auprès des professeurs et des enfants. Au sein de l’école informelle de la fondation, une cinquantaine d'enfants âgés de 2 à 8 ans sont regroupés chaque jour dans un minuscule bungalow. Les rituels du matin: chants, prières, jeux, 2 pauses brunch avec porridge et une tranche de pain de mie avec confiture et une tranche de pomme. A midi, le mobilier est déplacé et empilé afin que les enfants puissent manger par terre. Après le repas, certains enfants rentrent chez eux tandis que d'autres restent pour faire la sieste sur des matelas posés au sol. Lorsque le temps le permet, les trois professeures aidées des bénévoles proposent des activités en extérieur. Elles espèrent que les collectes de fonds leur permettront prochainement d'installer un second bungalow pour pouvoir accueillir et instruire les nombreux enfants dans de meilleures conditions qu'à l'heure actuelle.


Vers 14h30, les enfants venant des écoles alentours se rendent à la cuisine pour recevoir un goûter. J'ai trouvé touchant que les restes alimentaires quotidiens soient généreusement donnés sur place aux personnes dans le besoin. Vers 15h commencent les activités périscolaires où, avec les enfants, nous avons eu l'occasion de réaliser des cartes pour la fête des mères (le 12 mai en Afrique), jouer aux cartes, au jeu du Memory ou encore décorer des masques… Chaque jour, il y a aussi des cours de danse africaine où une bonne douzaine de jeunes filles se trémoussent pieds nus au son d'une musique locale très rythmée.


Au cours de ma mission, j’ai pu constater que plusieurs bénévoles locaux avaient signé un contrat d'engagement avec la fondation afin de pouvoir bénéficier de cours d'informatique gratuits en contrepartie de leur bénévolat. J'ai trouvé cette démarche très équitable car le fait de "donner de son temps pour ensuite recevoir" est alors bénéfique dans les 2 sens. Si l'on pouvait mettre cela en application dans mon pays, où l'on reçoit différentes aides sociales sans contrepartie, cela développerait la notion d'entraide et permettrait de soutenir de nombreuses associations locales en manque de bénévoles.


Un autre jour, nous avons eu la visite d'une association venue avec des bénévoles pour proposer divers ateliers : peinture sur visage, jeu géant gonflable, friandises pour les enfants... Ce jour-là, les enfants étaient tous surexcités ! Ils nous demandaient tour à tour de leur peindre sur le visage des fleurs, papillons, Spiderman, Batman et des montres sur leurs bras. Une matinée de joie et de fête pour tous ! Voyant à quel point ils avaient tous tant aimé se faire décorer le visage, j'ai eu l'idée de leur préparer des masques. Les enfants étaient ravis de décorer ces masques et j'ai moi-même été très touchée car à la fin de l'atelier, les professeurs ont demandé aux enfants de me remercier. C'est donc dans un "MERCI" collectif et chaleureux que j'ai quitté la classe, le cœur rempli de joie de leur avoir fait plaisir.


Découverte de deux autres projets au Cap


Pendant deux jours, comme il y avait des mouvements de protestation à Wrygrond, on m'a proposé de découvrir deux autres projets de Projects Abroad à Muizenberg. J'ai donc fait la connaissance de Shawn et Fahima, respectivement managers du Projet Surf et du Projet Nutrition. Là encore, j'ai été agréablement surprise par la valeur de ces deux projets.

Le matin, j'ai suivi Fahima, diététicienne de métier, qui allait donner des cours de nutrition à un groupe de femmes vivant dans un bidonville. Cet atelier est proposé deux fois par semaine et est libre d'accès aux femmes qui le souhaitent. Les thèmes abordés sont en lien avec des problèmes de santé rencontrés au sein de la communauté : malnutrition, obésité, diabète et cholestérol. Nous avons donc commencé par vérifier leur poids, taille, tension et taux d'insuline. Puis Fahima a rappelé à ces femmes pourquoi et comment manger sainement sans pour autant faire de dépenses supplémentaires. Le vendredi suivant, les femmes auraient un examen à l'issue duquel elles recevraient un diplôme en lien avec les cours de nutrition reçus. Ce moment d'échange était très convivial et une des femmes nous a remerciée de notre visite en disant qu'il n'y avait pas assez de volontaires qui venaient les voir. Une fois l’atelier terminé, Fahima a entré toutes les données recensées dans son fichier informatique, afin d’établir un suivi de l'état de santé de chaque femme.

En ce qui concerne le projet surf, celui-ci est destiné aux enfants des écoles et communautés alentours. La condition pour pouvoir participer gratuitement aux cours de surf est de fréquenter l'école de façon assidue et d'avoir de bons résultats. Malgré une température relativement basse le jour de ma visite, cela n'a pas empêché la douzaine d'enfants d'aller surfer sur les vagues. Les enfants reçoivent parfois des donations comme des tenues de surf ou des planches, qu'ils réparent ensuite sur place. Ils sont ainsi régulièrement sensibilisés au fait de respecter le matériel généreusement mis à leur disposition. Et lorsqu'ils savent très bien surfer, on leur offre alors la tenue en guise de récompense.


Ma famille d’accueil au Cap


Je ne pourrai pas parler de cette mission sans dire quelques mots sur mon hébergement en famille d'accueil à Grassy Park. En effet, être hébergée chez Tasneem et Shafiek, a été très agréable et enrichissant au quotidien. En entrant dans leur salle à manger, on est tout de suite attiré par ce grand mur garni de nombreuses photos de volontaires venus du monde entier ! Famille d'accueil depuis 9 ans déjà, j’ai pu constater une réelle vocation et un immense plaisir de partager chez Tasneem et Shafiek.


J'ai beaucoup apprécié les dîners car ils étaient l'occasion de nous retrouver avec les autres volontaires et la famille et d'échanger au sujet de nos projets respectifs, nos coutumes, religion, éducation et habitudes de vie. Les derniers jours, ce sont d'ailleurs des recettes de cuisine que nous avons échangées avec dégustation à l'appui ! J'ai aussi appris de nombreuses choses très intéressantes en lien avec la religion musulmane, en cette période de ramadan qui allait commencer le 16 mai.


Bilan d’expérience


Ce que je retiens principalement de cette mission humanitaire c'est que le principal dans la vie (comme le disait Kyle, manager à Rainbows) ce sont les valeurs que l'on porte en nous et ce que l'on en fait. Même s’il n'a pas toujours été facile pour moi de comprendre ce que l'on me disait et de me faire comprendre, j'ai tenté, avec mes compétences, d'apporter mon aide et de faire plaisir. Le plus choquant pour moi aura été d’être confrontée à cette misère dans les bidonvilles, côtoyant non loin "la richesse" des belles demeures. La richesse qui nargue la misère…


Mais, au-delà de cela, j'ai également rencontré de nombreuses personnes solidaires et remplies d'humanité. Mamona, la directrice de la fondation, ainsi que toute son équipe se démènent sans relâche pour la faire vivre, perdurer et évoluer leur communauté. Where Rainbows Meet est tout simplement le symbole « d'une main tendue, un souffle d'amour et d'humanité » grâce aux personnes qui la portent et s'y impliquent au quotidien, aidant et redonnant l'espoir à ceux qui en ont le plus besoin.


Seuls, nous ne sommes rien, c'est ensemble que nous avons le plus de pouvoir : le pouvoir de rêver, de nous battre pour créer un jour, un monde meilleur et plus juste. Projects Abroad a besoin de volontaires et de dons, alors si tout comme moi, vous voulez ouvrir les yeux et voir ce que peut être la vie en dehors de vos frontières et de votre confort… N'hésitez pas à rejoindre les bénévoles ou à faire un don. Merci.

Carine D en Afrique du Sud

Ce témoignage reflète l'expérience strictement personnelle d'un volontaire sur un projet et une période de temps précise. Votre expérience pourra être différente, nos projets s'adaptant constamment aux besoins locaux et évoluant avec nos accomplissements. Les variations météorologiques dues aux saisons peuvent également avoir un impact important. Pour en savoir plus sur ce à quoi vous attendre dans le cadre de ce projet, merci de contacter nos équipes.

Intéressé(e) par rejoindre ce projet ?

Si oui, contactez l'un de nos experts au :

+33 1 70 97 94 43