Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Santé & médecine - Médecine générale, Népal par Delphine Génard

En salle d'opération - Delphine Génard

Delphine est une étudiante belge partie au Népal faire un stage en médecine d’un mois en janvier 2008. Le témoignage suivant est extrait de son rapport de stage.

Un tel projet est impossible à résumer de manière optimale et complète. Un mois d'existence ne tient pas dans un appareil photo et encore moins sur quelques pages de papier. Ici, voici donc seulement un bref aperçu de quelques détails de la grande expérience qu'il m'a été donné de faire!

Accompagnement des patients

L’accueil sur place

Projects Abroad coûtait relativement cher au premier abord mais offrait un service excellent: quelqu'un est venu me chercher à l'aéroport, j'ai été hébergée les deux premières nuits à l'hôtel afin de me laisser le temps de m'adapter et ensuite, une voiture est venue me chercher et la responsable de l'organisation m'a fait visiter mon lieu de stage et m'a amenée à mon nouveau logement, en s'arrangeant pour que ma colocataire soit là pour m'accueillir.
Lorsque j'ai déménagé à mon deuxième placement, le procédé a été le même.

Je n'ai pas eu à chercher un lieu de stage ni un logement car Projects Abroad est en lien avec des locaux qui nous accueillent. De plus, un numéro d'urgence est à notre disposition 24/24h (et quelqu'un répond immédiatement).
Le week-end, tous les volontaires se retrouvaient dans le centre de Katmandou. Ceux qui étaient là depuis plus longtemps que d'autres renseignaient les bons endroits (Internet, restaurant, laverie automatique), les prix à négocier, … Chaque week-end, un responsable de l'organisation nous retrouvait à l'hôtel où nous logions pour répondre à nos questions.

Par exemple, je devais aller en pédiatrie dans un hôpital cependant, la pédiatre a fait une hémorragie cérébrale ce qui a amené à fermer le service de pédiatrie où restait seul un assistant en médecine. L'hôpital voulait tout de même bien m'accueillir.
J'en ai cependant parlé avec les autres volontaires qui m'ont conseillé de demander un autre lieu de stage, 2 SMS envoyés à la responsable et mon déménagement était organisé.

Visages du Népal - Delphine Génard

Acquis pédagogiques

Le premier stage réalisé dans un centre de renutrition m'a permis d'observer un excellent sens de l'"organisation pragmatique". Ils avaient envisagé une prise en charge la plus globale possible et avaient pensé à de nombreuses possibilités pour éviter toute rechute.
Le second stage se déroulait dans un "vrai" hôpital de rééducation orthopédique. J'ai découvert là-bas des médecins formés avec des livres venant des Etats-Unis. L'encadrement des étudiantes infirmières était strict. J'ai pu observer une philosophie de soins différente: les patients passent beaucoup de temps dehors, un accompagnant est toujours là, etc.

Kathmandou - Delphine Génard

Acquis personnels

Ce voyage m'a fait un bien fou pour différentes raisons:
- d'abord il m'a permis de changer du rythme bruxellois et a été une vraie bouffée d'oxygène, une excellente coupure "restimulante" pour repartir jusqu'en juin
- j'ai également pu relever le défi de partir loin et seule
- j'ai vraiment pu me retrouver
- j'ai été en contact avec de nombreuses nouvelles personnes, qu'elles soient népalaises ou autres bénévoles
- j'ai pu découvrir une culture qui m'était totalement inconnue
- j'ai réalisé mon rêve de partir en Asie
- j'ai découvert un plaisir à "partager" des cultures différentes
- j'ai rencontré des gens avec beaucoup d'humour, de gentillesse et d'attention avec une vraie possibilité d'échange
- grâce au fait d'être en stage et non en touriste, j'ai pu nouer des contacts avec les gens locaux

Mais

La grosse difficulté est bien entendu le retour, d'autant plus que je n'ai pas du tout tenu compte de la "barrière thérapeutique" pour mieux vivre l'expérience. Revenir en Belgique a été – et est toujours encore quelque part- difficile. Quitter du jour au lendemain des gens avec qui l'on a vécu pendant un mois ne se fait pas sans peine.

Intégration dans le pays d'accueil

Les gens ont été formidables. Ils ont une vraie curiosité pour les différences, ils m'ont toujours aidée, ils sont très accueillants, …

A vrai dire je suis arrivée là sans m'être instruite sur le pays, je voulais découvrir sur place (et de toute façon le temps m'avait manqué). J'ai eu une première impression très difficile. Tout d'abord, je n'ai pas ressenti ce "choc culturel" tel que je m'y attendais. Car Katmandou est une capitale tout à fait développée, avec des voitures qui klaxonnent à outrance, des vendeurs de rue qui harcèlent, la possibilité d'acheter des appareils numériques et du chocolat Côte d'or®, … Pas du tout l'image posée et apaisante que je me faisais de l'Asie. Il m'a fallu du temps pour m'adapter à cette effervescence.

En conclusion de mon expérience, ce que je souhaite communiquer aux autres…

Cette expérience a été très enrichissante et, je pense, faite au bon moment car je ne suis pas sûre que j'aurais osé me lancer dans une telle entreprise après.
Il n'a pas été évident de garder la motivation durant toute la préparation (qui a pris 9 mois) mais cela en valait la peine.
J'ai pu découvrir un intérêt réel pour les cultures différentes, et cela m'encourage à continuer dans cette voie.
Dans la mesure du possible, toute expérience de ce style est bonne à prendre car, même pour une durée si courte, elle offre une ouverture qui fait un bien fou.

Delphine Génard

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲