Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Missions humanitaires - Aide à l'enfance générale, Kenya par Carla Da Silva

Mission humanitaire, Kenya par Carla Da Silva Mission humanitaire, Kenya par Carla Da Silva Mission humanitaire, Kenya par Carla Da Silva Mission humanitaire, Kenya par Carla Da Silva Mission humanitaire, Kenya par Carla Da Silva

A la recherche d'aventure, de défis et animée par l'envie de voir le monde tout en me rendant utile, j'ai décidé de me rendre au Kenya, au mois de juillet 2012. Communément connu par les touristes pour ses parcs animaliers et ses safaris, le Kenya ne se limite pas à un horizon de carte postale. Il reste un pays très pauvre et très touché par le sida. Grâce à Projects Abroad j'ai eu la chance de voir l'intérieur du pays et de cohabiter avec des locaux.

Ma mission a été de travailler dans un orphelinat appelé Okohamtoto, situé à Nakuru dans la vallée du Rift, au Nord-Ouest de Nairobi. Dans l'orphelinat vivent quatorze jeunes garçons, âgés de 13 à 18 ans, tous recueillis dans la rue. Certains sont réellement orphelins, d'autres ont été forcés de partir de chez eux car les parents ne parvenaient pas à subvenir à leurs besoins, d'autres encore sont partis d'eux-mêmes. Mais tous ont vécu quelques temps dans la rue, sans rien, mendiant, prenant parfois de la drogue... avant d'être repérés par les travailleurs de l'église catholique de Nakuru puis placés à Okohamtoto.

Au cours de mon stage humanitaire, j'ai rencontré à plusieurs reprises ces travailleurs sociaux qui m'ont expliqué leur noble et difficile travail. En effet, les enfants errants à travers la ville, pieds nus, un tube de colle à sniffer dans la main sont très nombreux à Nakuru. Ne pouvant évidemment pas tous les aider, les « recruteurs » doivent repérer et sélectionner lesquels peuvent encore être sauvés et les amener au centre. Une fois dans l'orphelinat, les jeunes garçons sont pris en charge : ils sont nourris, et apprennent à se prendre en main. Mon rôle a été de m'occuper d'eux, de les accompagner et les aider. Mes tâches quotidiennes étaient nombreuses et variées : leur enseigner diverses matières, pratiquer toutes sortes de sports, jouer ou simplement les écouter.

J'étais très libre dans mon travail et en ai profité pour proposer plein d'activités: ensemble nous avons cuisiné, regardé des films, fait des jeux de société, joué au badminton grâce au matériel que j'avais amené avec moi. Je leur parlais de l'Europe, de la Suisse, et eux me parlaient des coutumes de leur pays. Je leurs apprenais à lire, à compter et eux m'enseignaient le swahili. Leur énergie, leur bonne humeur et leur soif d'apprendre – et ce malgré leur vécu – m’étonnaient chaque jour un peu plus et me poussaient à m'investir au maximum. Ces quelques semaines passées en leur compagnie ont été pour moi merveilleuses et m'ont énormément appris.

Ma famille d'accueil a également largement contribué à ce bonheur : ma « mère » d'adoption était une femme adorable, très disponible et pleine de bonne volonté. Et surtout, son « housemaid » cuisinait les meilleures chappattis du pays! Lors de ma deuxième semaine, une jeune américaine est arrivée et est devenue ma « sœur » d'adoption. Puis une seconde volontaire nous a rejoint la semaine d'après. Avec d'autres volontaires éparpillés à travers la ville et venus des quatre coins du monde, nous avons pu profiter de nos week-ends pour voir du pays. Le Kenya possède des paysages époustouflants! De plus, l'équipe de Projects Abroad proposait chaque week-end de nombreux trips, safaris et autres activités; et nous aidaient volontiers lorsque l'on souhaitait organiser nous-même une excursion. Je garde un excellent souvenir du week-end à Masai Mara ou nous avons même eu la chance de croiser un léopard! Le staff de Projects Abroad présent sur place est super : toujours aux petits soins avec leurs volontaires et très proches d’eux.

En plus de cela, la ville de Nakuru, son esprit et ses habitants m'ont profondément marquée. Très souriants et serviables, les kenyans n'hésitent pas à venir t'offrir de l'aide lorsque tu as l'air perdu ou seul. Et ce sans aucune mauvaise intention. Et puis, leur mode de vie « pole pole », qui signifie « calme », « pas de stress » dans leur langue. Il n'y a pas d'heure au Kenya, on ne se presse pas. Les gens traversent la ville à pas de tortue, sans se hâter. Pas tout de suite évident pour une suisse comme moi, habituée au stress et à se déplacer au pas de course. Mais après quelques jours, l'habitude acquise, qu'est-ce que ce calme est jouissif!

Puis ma mission est arrivée à terme, et le moment des adieux a été douloureux. Dire au revoir à ma famille et surtout à mes « gars » de l'orphelinat n'a pas été facile. Mais la promesse de revenir dans un futur proche nous a, à tous, facilité la tâche... Six mois après mon retour, je prévois déjà d'y retourner avec mes amis, à qui je tiens à faire découvrir ce pays culturellement si riche. Bref, tout a contribué à faire de ce voyage une expérience inégalable, et je ne peux que conseiller à chacun de tenter l'aventure!

Carla Da Silva

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲