Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Missions humanitaires - Aide à l'enfance générale, Argentine par Laurie Tripier

Mission humanitaire en Argentine

L’Argentine…. Ce pays si lointain dont on ne connaît souvent que le nom. Ce pays immense aux paysages si différents mais tellement magnifiques. Ce pays où les contrastes sont à la fois visibles mais cachés tant au niveau politique, que culturel, social et économique. Ce pays enfin qui a ses blessures (dictature, guerre des Malouines, crise économique de 2001) mais qui a une fierté et un patriotisme sans égal.

Etant depuis toujours attirée par l’Amérique Latine, c’est donc tout naturellement que j’ai décidé d’accomplir une mission humanitaire de cinq mois au pays des Gauchos (les cow-boys locaux) avec Projects Abroad. (…) Désirant, plus tard, travailler pour une Organisation Non Gouvernementale s’occupant de la protection de l’enfance, j’ai donc choisi le projet « Care and Community » qui consiste à travailler dans des orphelinats.

Me voilà donc partie pour ce continent et ce pays inconnus dans l’intention d’apporter mon aide aux enfants défavorisés. J’ai été placée dans un orphelinat des environs de Cordoba (deuxième ville d’Argentine après Buenos Aires, située au centre du pays). Cet orphelinat était géré par des religieuses. Je m’occupais d’un groupe de sept petites filles de six à treize ans.

Mission humanitaire en Argentine

Certaines étaient orphelines, d’autres avaient été placées dans cet orphelinat en raison de différentes histoires malheureuses (parents alcooliques, familles trop nombreuses et trop pauvres pour les prendre en charge, abus sexuels ou violence). Mon travail consistait à leur donner des cours d’anglais, les aider pour leurs devoirs, ou tout simplement m’occuper un peu d’elles et leur donner un peu d’attention en jouant ou en discutant. Les débuts n’ont pas été faciles. Il a fallu instaurer une certaine confiance entres elles et moi, leur faire voir et leur faire comprendre que j’étais là pour les aider. Toutes n’ont pas réagi de la même façon.

Pour certaines, cela a pris des semaines avant que je de¬vienne leur « amie », méfiance due à leurs histoires personnelles. Et même après, ça n’a pas été simple tous les jours : difficultés scolaires, difficultés à se concentrer, difficultés avec l’autorité. Certains jours étaient assez décourageants mais il a fallu persévérer et être très patiente. Au fil du temps, je suis devenue un peu leur grande soeur et une relation très forte s’est instaurée entres elles et moi. Je leur donnais l’attention et l’affection qu’elles n’avaient pas. Je me suis énormément attachée à elles et vice versa (peut être est-ce le danger ?).

Mission humanitaire en Argentine

Un jour, l’une d’elles m’a demandé si je ne voulais pas devenir sa maman (que répondre à cela ?). Les adieux ont été déchirants. Un mois avant la fin de ma mission, déjà, elles me demandaient, souvent en pleurs, de ne pas partir, de rester ici avec elles, de ne pas les abandonner. Ce fut moralement très dur. Je me sentais coupable et triste de les abandonner. Car oui, pour moi aussi, c’était un abandon. Mais il a fallu partir et je garde en moi, pour toujours, le souvenir de ces sept petites filles qui m’ont beaucoup apporté, beaucoup appris et qui m’ont donné une grande leçon de courage et d’amour.

Cette expérience m’a également permis d’aller à la rencontre de la population locale. Les Argentins sont très amicaux et sociables. Ils vous accueillent dans leur maison et vous considèrent comme un membre de leur famille. J’ai ainsi rencontré des gens formidables qui sont devenus de véritables amis. Ils m’ont aidée à m’intégrer parfaitement, à me faire connaître leur pays, leur culture et leurs traditions. Souvent, mes amis argentins me disaient que j’étais l’étrangère la plus argentine du pays car j’avais parfaitement assimilé leur culture et leurs traditions. Il est vrai que je me sentais presque Argentine. Mais il n’est pas difficile de se sentir Argentin lorsque l’on vit quelque temps dans ce pays, même si la vie y est très différente de celle de la France et de l’Europe en général.

Bien sûr, il y a toujours des anecdotes qui vous rappellent que vous êtes en Amérique Latine (corruption, enfants des rues, (…), omniprésence du catholicisme..) mais cela vous ouvre l’esprit et vous fait voir la réalité qui existe vraiment dans ces pays.

J’ai également profité de cette expérience pour m’aventurer un peu dans ce pays inconnu. L’Argentine est un pays immense qui rassemble à lui seul toutes les merveilles de la nature : au nord : les déserts et la forêt tropicale, à l’ouest : les montagnes (Les Andes), à l’est : l’océan, au sud, la Terre de Feu et l’Antarctique et au centre : les grandes plaines de la Pampa et de la Patagonie.

J’ai particulièrement apprécié mon périple dans le nord de l’Argentine qui est la région la plus traditionnelle et la plus pauvre du pays (et malheureusement, cela se voit) mais les paysages sont extraordinaires et impressionnants, et la population locale, qui est la descendance des indiens, très humble et très généreuse. Ces gens vivent presque de rien, dans des conditions souvent déplorables mais ils ont toujours le sourire, et les enfants, par dizaines dans les rues des petits villages, s’amusent et rient aux éclats.

L’Argentine…. Ce pays m’a apporté une expérience sans précédent, que ce soit au niveau personnel, culturel, professionnel mais surtout au niveau humain. Je suis tombée amoureuse de ce pays et je n’ai qu’une hâte : y retourner pour pouvoir de nouveau apporter mon aide à la population locale et retrouver mes amis argentins, ainsi que mes petites filles de l’orphelinat.

Laurie Tripier

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲