Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Enseignement, Vietnam par Hélène Pierrat

Helene avec les élèves vietnamiens Atelier manuel Vietnam Hélène en mission enseignement au Vietnam

Après mes deux expériences d’enseignement au Maroc et au Ghana, je me demandais si ce serait différent au Vietnam : pas de déception, changement de décor radical à Hanoi. J’étais tout d’abord un peu déçue d’apprendre que je ne logerai pas chez l’habitant cette année. Mais il y a un avantage certain à la vie dans une maison commune aux volontaires : le confort, les retrouvailles entre volontaires pour « papoter », l’impression d’être « chez soi ». Et grâce aux professeurs de français du collège où j’effectuais ma mission, j’ai pu obtenir toutes les réponses à mes nombreuses questions sur la vie de tous les jours, la culture et les traditions locales.

Grâce à elles, j’ai testé les desserts vietnamiens des petits restaurants de rue, assise sur le trottoir, sur une chaise ou un petit tabouret en plastique… qui serait chez nous réservé aux poupées. Les Vietnamiens mangeant à toute heure du jour et longtemps après le coucher du soleil, une escapade à la récréation pour manger une soupe aux nouilles de riz ou un dessert au riz gluant n’a donc rien d’anormal. D’ailleurs dans la cour de récréation, les élèves ne se privent pas de manger.

Mon expérience en collège avec ces professeurs d’un très bon niveau m’a permis de mieux préparer mes cours, de les structurer et de faire correspondre mes idées, parfois un peu décalées, aux programmes de l’année scolaire. J’ai pu ainsi apprécier à plusieurs reprises la grande imagination des enfants vietnamiens, leur implication dans la préparation de cours ou d’événements en commun (sorties scolaires, journal annuel, journée des professeurs) et leur bon niveau de connaissance de la culture française.

Petite surprise de part et d’autre : quand leur professeur leur a expliqué que je venais à pied tous les jours, (soit 10mn de marche !) il y a eu immédiatement des « oh » d’admiration et d’incrédulité qui m’ont autant étonnée que l’information qui venait de leur être faite : les Vietnamiens d’Hanoi ne se déplacent qu’en moto et ne marchent jamais. L’une des professeurs ne pouvait pas traverser la cour entre deux leçons pour se rendre dans la salle des profs car la distance (60m ?) était trop grande ; on s’asseyait donc dans une petite salle pendant les 5 minutes de pause, en attendant la grande récréation où là, elle mettait tout son courage pour réaliser l’exploit sportif du jour !

A Hanoï, on se déplace surtout en moto-taxi, moyen le plus rapide et le moins cher. Il faut une petite période d’apprentissage pour comprendre que les chauffeurs ne comprennent jamais les destinations que l’on prononce même s’il nous semble les prononcer correctement ; qu’ils ne savent pas forcément lire un plan (ça ne devient évident que quand ils le prennent à l’envers) ; qu’ils sauraient peut-être le lire mais qu’ils n’ont pas les lunettes pour voir de près.

Après, ça devient vite un plaisir et une routine quotidienne. Mais découvrir une ville à pied est toujours pour moi la meilleure façon de faire, même si marcher est parfois très dangereux : les trottoirs sont pris par les marchands de légumes, de fruits, de fleurs, par les nombreux petits restaurants de brochettes, de soupes, etc… et servent de parkings aux motos. Il faut donc souvent marcher dans le caniveau en évitant de se faire asperger quand il pleut ou renverser par les milliers de vélos et motos qui arpentent quotidiennement les rues de Hanoi dans une pollution constante et les klaxons incessants. Mais pour se reposer de tout ça, il y a bien sûr le yoga et les massages. A un prix dérisoire, tout le corps y passe, avec plus ou moins de plaisir : le massage vietnamien peut être parfois un peu trop vigoureux ! Reste alors à découvrir Le lieu qui saura nous détendre enfin !

Hanoï est également riche en musées et en espaces culturels. Ses environs sont aussi un bonheur pour les week-ends : villages des artisans, pagodes diverses, montagnes du Nord, baie d’Halong, bords de mers sont des destinations plus ou moins lointaines mais offrant toutes des paysages différents. Quant à la nourriture, une merveille grâce à Tuyet notre cuisinière attitrée, ou aux nombreux restaurants que l’on se faisait un plaisir de découvrir.

Bref, une fois encore, une super expérience, toujours aussi intéressante.

Hélène Pierrat

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲