Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Enseignement, Fidji par Grégory Balmette

Enseignement, Fidji par Grégory Balmette Enseignement, Fidji par Grégory Balmette Enseignement, Fidji par Grégory Balmette

Qui ? : Grégory Balmette (Greg pour tous les volontaires)
Où ? : Fidji
Quand : 10 janvier 2010 – 10 avril 2010
Pourquoi faire ? : « Professeur »
Et alors ? : Lisez le texte et vous en saurez plus !

Quitte à partir, autant partir le plus loin possible. C'est pourquoi en juillet 2009 je décide qu'après mon stage de fin d'études, je m'accorde un break à l'étranger. Et histoire de le rendre enrichissant, je choisis de faire de l'humanitaire. Sur Internet, je tombe immédiatement sur le site de Projects Abroad. Je suis rapidement séduit par quelques missions en particulier : l'Argentine, l'Afrique du Sud, la Mongolie et les Fidji. Finalement en octobre je jette mon dévolu sur les îles du Pacifique et un travail de professeur (profession qui n'a strictement rien à voir avec ma formation). Après avoir fixé la date de départ au 10 janvier 2010, je soulage mon compte en banque d'environ 5000 euros (à peu près 2000 euros pour les billets d'avion + 3000 euros pour le séjour de trois mois). Le prix à payer pour accéder à son petit coin de paradis...

Avant que j’aie le temps de réaliser, je me retrouve dans l'avion qui m'emmène de Toulouse à Londres. Après une seconde escale express à Los Angeles et environ 25h de voyage, je me retrouve à l'aéroport International de Nadi, seconde ville la plus importante des îles Fidji. Outre le décalage horaire de 12h, je suis immédiatement assommé par la chaleur et l'humidité ambiante. Il faut dire que quand j'ai quitté mon Rouergue, il faisait -10 degrés... Saula, le responsable de Project Abroad m'accueille et m'emmène à Nasoso, un petit village à environ 30mn en voiture de Nadi. Je loge chez une famille fidjienne aisée (je précise fidjienne car environ 50% de la population est indienne). Cela constitue une exception puisque les autres volontaires sont logés chez des familles un peu plus modestes.

Le lendemain je commence ma mission de volontaire à Nadi Airport School, une sorte d'école primaire – collège située à Namaka, à mi-chemin entre Nasoso et Nadi. Là, je fais connaissance avec d'autres volontaires originaires d'Australie, Angleterre, Allemagne, Danemark, Etats-Unis ou encore Canada. Mon job consiste à faire professeur des écoles pour une classe de petits bouts âgés de 4 à 6 ans. Au programme : petits exercices de math, lecture, sport, découpage, coloriage... Quinze jours plus tard (soit à la fin des vacances d'été pour les îles Fidji), je rejoins une autre école située à Nasoso : Nadi Christian Community School. Là, je fais professeur de sport pour six classes. Mes élèves ont entre 3 et 18 ans, du coup je varie les activités physiques. Pour les plus jeunes, des petits jeux simples avec un ballon ou une balle, des petites courses ou autres jeux d'adresses. Pour les grands, des sports collectifs comme le hockey sur gazon, le volley, le foot. J'en profite aussi pour leur apprendre le handball. Par contre pour des raisons de sécurité, la directrice me demande de ne pas leur faire pratiquer le rugby, la seconde religion du pays après la religion catholique.

Je travaille du lundi au vendredi, de 9h à 13h30. Le week-end, en compagnie d'autres volontaires qui deviennent très vite de vrais amis, je visite quelques unes des splendides îles à l'ouest de Viti Levu (l'île principale du pays). Dans des mers plus belles que sur les cartes postales, je me baigne, fait de la plongée, du kayak ou tout simplement me repose sur les plages de sables blancs (oui la vie est très dure parfois...). Quand on ne va pas sur une île, on visite Suva la capitale du pays et son très intéressant musée national qui retrace la riche histoire de ce fascinant pays ; le seul zoo du pays proche de Sigatoka où les animaux (perroquets, iguanes...) et les plantes sont regroupés. Enfin, les plus sportifs d'entre nous escaladent une des montagnes du pays (car le pays n'est pas du tout plat et les paysages sont extrêmement variés).

Avant de conclure, je souhaite vous donner quelques conseils pratiques. Premièrement au niveau du climat, j'ai mis 3 - 4 jours à me faire à la chaleur et à l'humidité (rien de bien terrible). Le soleil étant plutôt agressif, n'oubliez pas votre crème solaire (à moins que vous aimiez les coups de soleil, chacun son truc après tout...). Pendant mon séjour, il y a eu deux alertes pour un tsunami et un cyclone. Pas de panique, l'équipe locale de Project Abroad gère parfaitement ce genre de situation et à aucun moment je ne me suis senti en danger. Pour les déplacements, deux options : le bus si on n’est pas pressé, les taxis si on est pressé. Et les mini-vans si on ne tient pas à la vie. Pour les taxis, l'idéal est d'utiliser toujours le même pour éviter de se faire arnaquer. Pour l'argent, avant de partir en week-end il faut toujours retirer du liquide, il n'est pas possible de payer par carte partout. L'euro étant 2,5 fois plus fort que le dollar fidjien, vous pourrez multiplier les activités même si vous n'avez pas énormément de moyens. Enfin, les Fidjiens sont des gens très amicaux et qui n'hésitent pas à discuter avec vous juste pour le plaisir. Cela dit dans les petits villages, il y a certaines règles à respecter comme se découvrir, enlever ses lunettes de soleil ou couvrir ses genoux. Dans les temples indiens, il faut aussi se déchausser.

Voilà, personnellement mon séjour m'a permis d'améliorer mon anglais (j'ai plus progressé en trois mois qu'en douze années d'études), de découvrir une nouvelle culture et des gens exceptionnels, et bien-sûr d'en prendre plein les mirettes grâce à des paysages absolument fabuleux. J'espère qu'après avoir lu mon témoignage vous avez encore plus envie de partir là-bas !

Grégory Balmette

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲