Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Ecovolontariat & environnement - Ecovolontariat plongée sous marine, Thaïlande par Nicole Chambron

Nicole Chambron Nicole Chambron Nicole Chambron Nicole Chambron

Extrait de la Newsletter Thaïlande Août 2009

Comment me suis-je retrouvée à Krabi  en ce matin du 5 août 2009, après 20h d’avion depuis Paris?

Tout d’abord, l’envie de conjuguer ma passion pour la plongée sous marine avec la nécessité d’agir concrètement pour l’environnement m’a incitée à rechercher sur Internet une organisation de volontariat. Projects Abroad paraît travailler sérieusement : les formulaires à remplir, la vérification du niveau en plongée, les nombreux courriels échangés avec les responsables avant de partir, inspirent confiance. La plupart des aspects matériels sont réglés ou préparés avant de partir.

A l’aéroport de Krabi, le ton est tout de suite donné : Chane m’accueille en souriant sans oublier qu’il lui reste encore pas mal de choses à faire. Elle est chargée de l’accueil des nouveaux arrivants, de répondre à toutes leurs questions (Comment changer un billet d’avion ? Trouver un maillot de l’équipe de foot de Thaïlande ? Soigner un petit bobo ?...), de sentir l’ambiance du groupe, de proposer des visites lors des moments libres… Nous la verrons chaque jour, et parfois c’est elle qui téléphone de bon matin pour prendre des nouvelles du rhume ou du coup de soleil qui l’ont tracassée la veille. Ancienne professeure d’anglais, elle sait aussi s’adapter à tous les niveaux et accents pratiqués dans cette langue par les volontaires de tous les pays.

Je grimpe à l’arrière du pick-up bâché ou je trouve deux jeunes volontaires anglais, qui me commentent le paysage et me donnent des nouvelles de la vie du groupe que je vais rejoindre : Certains sont en ce moment à la « full moon », fête qui réunit à chaque pleine lune des milliers de gens toute une nuit sur une plage d’une île du golfe de Thaïlande. L’emploi du temps a été aménagé de manière à leur permettre d’y aller (il faut compter deux jours).

Je fais vite connaissance avec le reste du groupe : ce jour est un « jour off », où l’on peut se reposer ou faire des courses, ou encore faire des excursions proposées par Chane afin de mieux connaître les environs. Ces temps libres varient en fonction de la météo, des activités du projet, et peuvent être n’importe quel jour de la semaine. Cet après-midi-là, je me joins aux quelques volontaires qui ont accepté sa proposition d’aller prendre un bain dans la « crystal pool », bassin naturel d’eau douce transparente aux couleurs émeraudes. La forêt humide qui l’entoure fait partie d’un parc naturel. Ce sera l’occasion de jouer dans l’eau tiède, de rire et de s’éclabousser. De délicieux fruits achetés à une échoppe nous régalent ensuite, sur le chemin d’étonnantes cascades chaudes et minéralisées. Les roches ont été creusées par l’eau de manière à former une grande baignoire aux parois verdies par les sels de cuivre et de fluoride. Sans doute bon pour les rhumatismes !

Ces quelques moments de détente partagés révèlent rapidement les personnalités : celui qui tente toutes les expériences et se donne des défis ; celle qui n’est jamais contente ; celui qui écoute en parlant peu mais observe tout ; celle qui rit tout le temps et est capable de déclencher l’hilarité de tout un régiment … Une belle jeunesse (l’amplitude d’âge est entre 16 et 32 ans), joyeuse, rigolarde, plaisantant de tout et de rien, en même temps motivée, attentive, soucieuse d’apprendre. Lycéens et docteurs en biologie se mêlent dans une même convivialité. Je suis frappée par le respect qui émane de leurs comportements. Respect de l’environnement (nous sommes là pour nettoyer les fonds sous-marins et observer les poissons), mais aussi respect des habitudes et coutumes locales (ne pas trop se dénuder n’est pas habituel pour de jeunes filles habituées aux plages touristiques). Durant tout mon séjour, je serai émue aussi du respect que tous me manifestent : il est vrai que je suis hors concours, presque « la sage » de l’équipe, du haut de mes 60 ans. On me consulte volontiers pour les bobos, les piqûres de moustique, les doutes sur son avenir professionnel, son projet affectif… Chacun fait attention (trop parfois, cela m’agace !) : « Nicole, vous ne devriez pas grimper cette paroi, ce n’est pas prudent » ; « faites attention de ne pas tomber de la banquette, le bateau va bouger ». Après avoir, tel Ulysse, vaincu quelques épreuves à la surprise générale (la paroi à escalader, les 1237 marches du temple…), on m’invite systématiquement aux sorties, même dans les bars « branchés » au cœur des ruelles d’Ao Nang.

Le volontariat suppose un travail en coopération avec les autres, volontaires et membres de l’organisation. Mais il suppose aussi des moments en commun à la guest house : les repas, les activités dans la salle commune (consultation d’internet, briefing avant les sorties, lecture du programme au tableau…), les anniversaires… C’est cela qui permet de constituer une équipe.

Pour les responsables du projet, il s’agit de composer avec chacun, de motiver pour que nous œuvrions dans le même sens, de s’appuyer sur les dynamiques de groupe. Tout un art ! Les volontaires, souvent cultivés et compétents, sont en attente d’une utilité : ils veulent mettre à disposition d’une œuvre d’intérêt général leur temps, leurs efforts, leurs compétences. Ceux qui seraient plus passifs sont entraînés par les autres… Nous restons parfois sur notre faim : malgré leurs compétences, certains organisateurs ont du mal à faire passer les messages, à trouver leur place à la fois d’organisateur et de proximité avec l’équipe. Celui qui donne des consignes comme des ordres, sans les expliquer aura de mauvais résultats. Celui qui prend le temps d’expliquer les buts, l’utilité, ce qu’il adviendra des données collectées, qui sait expliquer le mode de vie des animaux, apporter des connaissances que chacun pourra s’approprier, transmettre ses convictions, celui-là aura de bons résultats et formera de futurs militants.

C’est donc un séjour riche en découvertes des milieux naturels, culturels et humains que j’aurai vécu, avec beaucoup d’intérêt, à Krabi avec Projects Abroad durant tout le mois d’août. Merci à tous !

Nicole Chambron

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲