Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Ecovolontariat & environnement - Ecovolontariat forêt tropicale, Pérou par Isia Mook

Perroquet en Amazonie Centre de Taricaya Isia dans la forêt amazonienne Machu Picchu Pirogues sur le fleuve au Pérou Surles bords du Madre de Dios Coucher de soleil au Pérou

Depuis toujours je suis passionnée par les animaux, j’aime la nature et voyager. J’ai donc décidé cette année de faire de l’écovolontariat à l’étranger pour venir en aide aux animaux. Projects Abroad est la seule organisation avec laquelle je pouvais partir car je n’ai que 16 ans et ils sont les seuls à accepter des mineurs dès 16 ans. J’ai trouvé leur site très bien, ça m’a vraiment donné envie de partir avec eux. De plus le choix des missions est très varié, mais quand j’ai vu que celle du Pérou se passait dans la forêt amazonienne, avec des jaguars, tapirs, toucans…, je me suis dit que cette mission était faite pour moi ! Je suis partie avec une amie pour qui cette mission était également un rêve. Le seul hic on va dire, c’est le prix ! Mais je suis quand même partie 7 semaines, au mois de juillet et d’août. Je voulais y rester le plus longtemps possible pour rentabiliser le coût du voyage et profiter un maximum de la jungle. C’est ainsi que j’ai pris l’avion 3 jours après l’oral du bac de français et que je suis revenue une semaine avant la rentrée !

Après 17 heures de vol, 13 heures d’attente à l’aéroport de Lima, et 2 escales, me voilà enfin au cœur de la jungle amazonienne, la plus grande forêt du monde ! Quand on survole en avion la forêt, on ne réalise pas où on est tellement c’est magnifique ! Les rivières s’entrecroisent au milieu de toute cette verdure dont on ne voit pas la fin, c’est magique ! L’arrivée à Puerto Maldonado est surprenante, quand on sort de l’avion on sent tout de suite l’humidité et la chaleur, puis on arrive dans ce minuscule aéroport où nous attendent nos bagages ainsi qu’une personne qui travaille pour Projects Abroad. Elle nous conduit dans un hôtel étant donné que je suis arrivée un samedi matin et qu’il n’y a pas de pirogue avant le dimanche pour Taricaya. Bien qu’il n’y ait pas grand chose à faire à Puerto Maldonado, je m’y rendais environ une fois par semaine pour téléphoner, aller sur internet et manger des glaces !

Le dimanche, lendemain de mon arrivée, une pirogue nommée « Taricaya » nous attendait au port. Plusieurs volontaires qui avaient passé le week-end en ville étaient également présents. Après environ 1h15 de trajet (le temps du trajet dépend de la météo, une fois nous avons mis 2h à cause de la pluie et du vent à contresens), nous arrivons enfin à Taricaya. Il faut encore gravir une petite côte avec nos énormes sacs à dos. Deux perroquets étaient là pour m’accueillir, ainsi que les volontaires restés à Taricaya. On rencontre des gens de toutes les nationalités, dont un très grand nombre de français. Nous avons fait le tour des animaux qui m’ont été présentés : jaguars, tapirs, toucans, perroquets, margays, yaguarundis, chiens sauvages, trompeteurs et toutes sortes de singes ! Puis j’ai pu m’installer dans un bungalow où nous dormons à quatre. Ce n’est pas du luxe mais nous sommes dans la jungle après tout ! Les cafards, tarentules, caïmans, moustiques et serpents font désormais partie du quotidien ! Un jour, un Amazon Bushmaster nous a rendu visite, il s’agit d’un des plus dangereux serpents d’Amérique du Sud !

Nous travaillons entre 5 et 6 heures par jour ; les activités sont très variées. Le mardi et le jeudi nous avons trois activités, deux le matin (nous commençons à 5h45) et une l’après-midi. Les autres jours il n’y a que deux activités. Le soir, à l’heure du repas, un tableau nous indiquant nos activités du lendemain est affiché. Les organisateurs essaient de faire en sorte qu’on ne fasse pas la même activité trop souvent et toute demande de modification est prise en compte. La principale activité est de nourrir les animaux deux fois par jour, il faut couper et peser les fruits et légumes en fonction de l’espèce animale puis aller la distribuer aux animaux. Nous pouvons entrer dans la plupart des cages ce qui est génial car nous avons vraiment un contact avec les animaux surtout avec les singes araignées et les singes hurleurs.

Aux mois de juillet et d’août, c’est le moment pour le projet des tortues qu’il faut effectuer toutes les nuits. On se rend à 3 volontaires ainsi qu’un membre du staff sur une plage où l’on campe. Puis, on se réveille vers 2h du matin pour marcher sur la plage avec une lampe frontale à la recherche d’un nid de tortue. Lorsque nous apercevons des empreintes de tortue, nous les suivons et elles nous mènent parfois à un nid. Nous récupérons les œufs que nous déposons dans des plages artificielles à Taricaya. Ce projet est très important car cette espèce (les tortues Taricaya) est en voie de disparition à cause des braconniers qui prennent les œufs pour les vendre et les manger.

Nous observons également souvent les oiseaux sur les trois plateformes pour les recenser. La canopée CWW surplombe la forêt à 42 mètres de haut, c’est magnifique ; la plateforme HOB est située au-dessus des marécages ; et NFP « New Farm Plateform » se trouve au-dessus de la ferme pilote. Cette activité peut être un peu ennuyante surtout à 5h45 du matin mais elle est très importante. L’activité la plus redoutée par les volontaires est de nettoyer les chemins à la machette mais certains y prennent du plaisir et même si c’est parfois difficile surtout avec la chaleur ! « Tapir pool » consiste à nettoyer la piscine des tapirs, c’est une activité très salissante mais qui devient très amusante à plusieurs. Malheureusement je n’ai pas eu l’occasion de le faire. Nous recensons également des batraciens, des mammifères sauvages, des tortues, et nous réparons les cages des animaux et en construisons de nouvelles si besoin. Les activités diffèrent à chaque saison.

Malgré toutes ces activités, il reste néanmoins beaucoup de temps libre : entre midi et deux, avant le repas du soir (mais il fait nuit très tôt), le vendredi après-midi et tout le week-end. Pendant ces temps libres, nous pouvons jouer aux cartes avec les volontaires, nous baigner dans le fleuve, se promener dans la jungle, aller au bar à 10 minutes de Taricaya ou tout simplement lire dans les hamacs (mais attention aux moustiques !). Le week-end, pratiquement tous les volontaires se rendent à Puerto Maldonado. Pour ma part, je suis restée tous les week-ends à la réserve, on peut profiter pleinement de la jungle, avec les bruits sauvages des oiseaux et des singes.

Pour finir, nous avons le droit à des vacances ! Je suis partie à Cusco, l’ancienne capitale inca au milieu de la Cordillère des Andes pendant une semaine avec quatre autres volontaires. Il faut prendre le bus de nuit pendant 10 heures. C’est un tout autre univers, tout est différent, le climat, la végétation, le relief, les animaux, la culture,… Pendant cette semaine, nous sommes allés au Machu Picchu, l’une des sept nouvelles merveilles du monde ! C’est magnifique ! Je recommande à tous les passionnés des animaux et de la nature de faire cette mission qui est très enrichissante. De plus ça permet de contribuer à la sauvegarde des animaux et de la forêt. Le Pérou est un merveilleux pays très varié avec mer, montagne et forêt !

Isia Mook

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲