Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Une escrimeuse volontaire à Cochabamba

Une escrimeuse volontaire à Cochabamba

Laure Lucas-Fradin est partie enseigner le français en Bolivie pendant 6 mois. Escrimeuse amatrice, elle a pu poursuivre la pratique de son sport favori pendant sa mission, et créer des liens qui perdurent après son retour. Elle nous raconte dans cet article son expérience d'escrimeuse en Bolivie :

Une escrimeuse volontaire à Cochabamba

« Il y a un an, je préparais mon départ pour la Bolivie. J'étais très excitée de partir, d'aller sur ce continent, du projet que je montais avec Projects Abroad, mais j'étais aussi terrorisée. Pendant ce processus de préparation, Carmen m'avait demandé s'il y avait quelque chose qu'elle pouvait faire pour m'aider à m'installer. Je fais de l'escrime depuis 3 ans maintenant, et de manière générale, j'aime faire du sport. Comme je restais 6 mois à Cochabamba, je me suis dit que si j'arrivais à continuer à faire de l'escrime, cela me permettrait de me sentir plus facilement chez moi. Très vite, à mon arrivée, Freddy a pris contact avec le club de Cochabamba et m'a accompagnée un soir. Le maître d'arme et quelques jeunes escrimeurs m'ont accueillie et m'ont tout de suite intégrée. Je n'avais pas mon matériel et ils m'ont tout prêté. Les conditions d'entraînement sont évidemment très différentes de celle de mon club lyonnais mais la bonne humeur est là. Les escrimeurs étaient très curieux et me demandaient souvent des choses sur la vie en France. Un des maîtres d'armes parlait très bien français (il faut dire que le français est la langue officielle de l'escrime et que mon pays a une longue tradition d'escrime). Je m'entraînais donc avec des jeunes de 13 à 16 ans, 2 fois par semaine, enfin, quand la salle était ouverte : la salle d'arme se trouve dans les locaux du stade et dès qu'il y avait un événement sportif ou culturel au stade, la salle d'arme était fermée. J'ai eu la chance de m'entraîner aussi avec quelques adultes de la salle qui étaient champions de Bolivie ! Le jour où j'ai réussi à mettre 3 points à l'un d'entre eux (match perdu 5-3), j'étais aux anges ! Aujourd'hui je suis rentrée en France, et la vie à Cochabamba me manque. Heureusement mon maître d'arme bolivien vient début avril, avec deux escrimeurs à Lyon. Mon club lyonnais les a invités à venir s'entraîner deux semaines en France. »

Laure Lucas-Fradin

Retour à la liste des actualités

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne

S'abonner au Flux RSS

Projects Abroad Actualités
Haut de la page ▲