Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Famine Corne d'Afrique : peut-on aider comme volontaire ?

Peut-on aider comme volontaire en Somalie, Corne d'Afrique ?Depuis que l'ONU multiplie les appels de fonds et qu'elle a déclaré officiellement l'état de famine dans deux régions de la Somalie, les populations affamées de la Corne d'Afrique focalisent l'attention médiatique. Face à cette détresse, beaucoup d'Européens ne veulent pas se limiter à faire des dons, mais veulent prêter main forte sur place. Des appels et des e-mails demandant « Puis-je aider comme volontaire en Somalie ? » se multiplient chez Projects Abroad, plus grande organisation de volontariat en France, mais aussi chez d'autres organisations de volontariats.

La question globale cache en vérité plusieurs nuances auxquelles il convient de répondre individuellement :

 

Aider dans un camp de réfugiés tel que je les vois à la télé ?

La réponse dans 99% des cas est : non. L'aide humanitaire d'urgence est un domaine qui nécessite un niveau d'expertise très élevé dont uniquement des personnes formées disposent. Si vous ne cumulez pas une compétence professionnelle utile (ce qui se résume largement au médical, l'assainissement d'eau et la logistique) ET une expérience de terrain ET une préparation aux circonstances spécifiques d'une intervention en urgence, vous devez être encadrés, et personne dans un camp de réfugiés n'a le temps de s'occuper de vous si en même temps il faut sauver des vies. Le travail en première ligne contre la famine est donc réservé à des spécialistes et non pas aux bénévoles ordinaires. Il vous reste bien sûr la possibilité de vous former pour intervenir dans l'avenir sur un autre lieu. Malheureusement, il y aura certainement d'autres situations d'urgence.

 

Etre utile dans un des pays touchés par la sécheresse et la famine ?

Aider en Ethiopie

Ici la réponse est plus nuancée et varie en fonction des pays. Cinq pays sont directement concernés : la Somalie, le Kenya, l'Ethiopie, l'Ouganda et Djibouti. La Somalie est à exclure complètement même pour des missions post-urgence ou des missions de développement puisqu'il s'agit aujourd'hui d'une région de non-droit où même les ONG les plus expérimentées ne peuvent pas travailler.

Dans les quatre autres pays, l'intervention auprès des populations directement touchées reste réservée à des professionnels de l'humanitaire (voir question précédente). Mais surtout au Kenya et en Ethiopie, certaines organisations de volontariat, dont Projects Abroad, ont mis en place des programmes humanitaires qui peuvent être accessibles à des personnes sans qualification particulière, où au moins avec une qualification bien moindre que celle exigée pour les interventions d'urgence.

Dans le cadre de ces programmes, vous vous engagerez aussi auprès de populations dans le besoin, mais leurs conditions de vie ne seront pas aussi extrêmes que ce que vous voyez dans les médias. Le cadre d'intervention sera beaucoup plus structuré sans impératifs d'urgence ce qui facilite l'intégration de bénévoles non-qualifiés. Il est d'ailleurs à craindre que des structures d'accueil d'orphelins dans ces pays auront des besoins accrus dans les années à venir puisque beaucoup d'enfants qui ont perdu leurs parents pendant la famine devront trouver un nouveau lieu de vie.

Projects Abroad propose depuis plusieurs années différentes missions de volontariat en Ethiopie, plus précisément à Addis Ababa : mission humanitaire, enseignement, médical et paramédical (soins infirmiers, kinésithérapie), encadrement sportif. Certains projets sont accessibles sans qualification particulière, d'autres, qui font partie de notre dispositif Projects Abroad PRO récemment lancé, nécessitent des compétences professionnelles. Ces projets ont besoin de volontaires tout au long de l'année.

 

Travailler dans l'humanitaire ?

Travailler dans l'humanitaire

Comme évoqué plus haut, on ne s'improvise pas acteur humanitaire. Le secteur de la solidarité internationale s'est beaucoup professionnalisé ces dernières années et les exigences deviennent de plus en plus élevées. La plupart des salariés des ONG ont d'abord suivi une formation classique pour acquérir les compétences recherchées (pour une action sur le terrain : médical et paramédical, logistique, assainissement d'eau) qu'ils ont par la suite conjuguée avec une expérience de terrain et/ou des formations spécifiques et opérationnelles. Nous vous recommandons à ce sujet la lecture d'une interview avec un responsable de Bioforce, un institut de formation bien coté auprès des grandes ONG.

La participation à un des programmes de Projects Abroad, en Ethiopie ou ailleurs, ne remplace pas un tel parcours, mais peut vous aider à plusieurs niveaux pour votre projet professionnel dans l'humanitaire.

Premièrement, elle vous permet de valider votre projet et le mettre à l'épreuve de la réalité. C'est une chose de s'imaginer voler au secours d'enfants affamés, mais c'en est une autre de vivre plusieurs semaines, voire plusieurs mois exposé à la misère humaine sans le confort européen. Même si nos missions se déroulent dans des conditions de vie bien plus confortables que dans un camp de réfugiés, vous aurez néanmoins un bon aperçu des réalités dans un pays en voie de développement.

Deuxièmement, nos missions peuvent rompre le cercle vicieux qui s'oppose à beaucoup de personnes qui veulent se lancer dans ce secteur devenu très compétitif : vous n'avez pas d'expérience, donc vous n'êtes pas retenu pour des offres d'emploi ou de stages, donc vous ne pouvez pas partir sur le terrain, donc vous n'êtes toujours pas expérimenté etc. Puisque la quasi-totalité de nos programmes ne nécessite pas de qualification particulière, vous pouvez y acquérir vos premiers galons qui vous permettront peut-être par la suite de décrocher d'autres postes ou d'entrer dans des formations spécifiques.

 

Comment aider autrement ?

En attendant d'avoir les compétences nécessaires pour intervenir vous-même, le meilleur soutien aux victimes de la sécheresse dans la Corne d'Afrique reste le don à des organisations reconnues. Au moment de la rédaction de cet article, le montant des dons est encore bien inférieur à celui débloqué pour l'Asie de Sud-est après le tsunami ou pour Haïti après le tremblement de terre.

Vous trouvez une liste d'ONG d'aide humanitaire d'urgence qui interviennent dans la région sur le site infodon.fr.

Aider en Somalie, Corne d'Afrique

Retour à la liste des actualités

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne

S'abonner au Flux RSS

Projects Abroad Actualités
Haut de la page ▲