You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
01 70 97 94 43
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire MyProjectsAbroad

Missions humanitaires - Aide à l'enfance générale, Sénégal par Virginie Frencel

Je m’appelle Virginie, j’ai 29 ans. Comme d’autres volontaires, j’ai eu la chance de traverser les frontières et de rencontrer ces personnes qui ont bouleversé ma vie. A travers ces rires d’enfants, auprès d’hommes et de femmes engagés qui préservent avec cœur la beauté du mot humanité.

Art workshop

Ma mission d’aide à l’enfance à Saint Louis, au Sénégal

Partons au Sénégal, à Saint Louis, fin août 2013. Pourquoi le Sénégal ? Un choix comme une évidence. Pouvoir aller en Afrique était un rêve pour moi, un rêve qui n’aurait pas été complet si je n’avais pu en même temps effectuer sur place une mission auprès des enfants. Ils sont notre avenir, ces pépites précieuses à protéger. Je travaille quotidiennement auprès d’eux, en tant qu’auxiliaire puéricultrice. Mon action, je voulais la réaliser près de ces enfants du monde qui ont marqué le mien d’une empreinte indélébile. Grâce à mon métier, j’ai pu financer ce voyage qui avait et qui a toujours aujourd’hui une symbolique particulière pour moi. Ces 15 jours passés au Sénégal, si courts et si longs en même temps, riches de chaque émotion, de chaque sourire, de chaque cœur ayant touché le mien….

L’arrivée à Saint Louis et la vie avec ma famille d’accueil

Teaching

Bien sûr je ne partais pas sans appréhension, sans question, sans peur. Je n’avais jamais quitté le continent européen et je m’apprêtais à le faire seule, loin des miens. Comme un saut dans le vide…

Et pourtant, je l’ai vécu d’une tout autre façon, grâce aux équipes de Projects Abroad présentes à chaque instant, à chaque question. Le moindre doute laissait vite la place à l’impatience de partir et d’aider sur le terrain. Chaque personne de l’organisme qui m’a accompagnée avant mon départ a su me rassurer. Je ne partais pas seule non, j’avais une équipe avec moi, une équipe que je ne connaissais pas encore réellement mais qui veillait déjà sur moi, sur chaque détail de mon séjour avec tellement de bienveillance.

Puis enfin j’arrivais au Sénégal, j’étais déboussolée et intérieurement bouleversée par ce que je voyais. Aux portes de l’aéroport cette pauvreté qui m’a frappé, cette population si nombreuse aux bords des routes. Et déjà ces sourires, ces regards lumineux près des personnes qui m’ont accueillie, hébergée. Cette chaleur qui m’a apaisée, mise en confiance si rapidement. Je savais que j’étais entourée d’une équipe, d’une famille non par ordinaire mais tout simplement extraordinaire. Comme une seconde famille, ma famille d’accueil. Je logeais avec une autre volontaire venue d’Italie, Lorella, avec qui je me suis très vite liée d’amitié. Nous habitions au sein d’une grande maison, aux côtés de Fatou, Aboubakrine et leur 3 enfants. Une unité familiale authentiquement grande. Je me suis rapidement sentie comme chez moi, a cœur ouvert ils m’ont offert ce cadeau, celui de partager leur quotidien avec moi comme un membre de leur famille à part entière.

Mon travail auprès des enfants Talibés

Intro shot

Ma mission, je l’ai réalisée dans un centre d’aide pour les Talibés, le nom que l’on donne aux enfants des rues. Le plus jeune avait 5 ans, Alpha, petit garçon aux yeux pétillants de vie. Mes journées commençaient à 9 heures. Et je me levais chaque matin avec l’impatience de retrouver ces enfants, les autres volontaires et l’équipe qui nous encadrait sur place. Après le nettoyage du centre, les volontaires et moi-même pouvions choisir les tâches que nous souhaitions effectuer. Nous aidions par exemple avec les cours donnés sur place : français, mathématiques, lecture, écriture… Je me souviendrai toujours d’un jeune homme de 25 ans qui, tous les matins, venait avec son livre pour se perfectionner en lecture. Sa fierté d’apprendre et sa persévérance m’ont réellement touchée, comme de pouvoir ne serait-ce que quelques heures être là pour l’aider.

Nous organisions aussi des activités sportives, des jeux avec les enfants, des moments simples mais tellement forts, tellement précieux pour eux comme pour nous. Du bonheur. Nous nous rendions aussi dans les Daaras, les « maisons » ou vivent les talibés pour apporter des soins. Parfois nous marchions pendant une heure pour rejoindre les différentes structures, mais le besoin était si grand que notre motivation à tous l’était encore plus ! Chaque geste était important sur le terrain. Nous étions les maillons d’une chaine humaine dont la valeur de chacun prenait tout son sens. De voir ces sourires d’enfants, leur joie au quotidien reste le plus beau cadeau que j’ai pu recevoir.

Les activités hors mission

With the local team and volunteers

Il y avait aussi ces moments ou nous nous retrouvions entre volontaires, tous les soirs et aussi l’équipe de Projects Abroad qui organisait des jeux, des parties de billard, pour simplement se retrouver autour de cocktails locaux et discuter de nos vies à tous, nos ressentis, nos envies. Un groupe, comme une grande famille. Du Canada, d’Angleterre, du Danemark, D’Italie et même de Tahiti, nous tous volontaires étions là dans le même but. Je me souviens aussi des week-ends organisés, comme celui dans le désert. Un souvenir magique, entre balade à dos de chameau, repas traditionnel sénégalais, musique et danse… Une chance.

Les moments forts

Mais la véritable chance, ce qui reste aujourd’hui la plus belle expérience de toute ma vie, c’est ce voyage à Saint Louis. J’ai tellement appris et été bouleversée par tout ce que j’ai vu, tout ce que j’ai vécu ! Les émotions accompagnaient chacun de mes pas, par chaque rencontre que j’ai pu faire, comme cette petite fille d’à peine 4 ans que j’ai croisé un jour dans la rue et qui en me voyant s’est littéralement jetée dans mes bras. Je ne la connaissais pas, et pourtant elle a couru vers moi. Un de mes plus beaux souvenirs. Egalement, ces goûters que nous organisions tous les vendredis au centre pour tous les talibés. Un moment qu’il faut vivre pour en ressentir la force et la joie immense, celle de voir les enfants nous applaudir juste pour ce que nous leur donnions : du pain, du chocolat, du jus de fruit. Ce qui parait tellement simple à obtenir pour nous ici, tellement habituel, est une fête pour eux, un moment qu’ils attendaient avec impatience.

Ma vie après mon volontariat

Ce volontariat a vraiment changé ma vie et m’a donné l’envie de repartir, ce que j’ai d’ailleurs fait au Kenya ou encore à Madagascar, toujours auprès des enfants dans des écoles ou centres d’accueil. J’ai réalisé que ce que nous leur apportons de plus précieux, c’est notre temps, nos sourires, notre tendresse, notre écoute, nous. Pas besoin de compétence particulières si ce n’est notre cœur. Et de cœur à cœur rencontrer cette nationalité qui nous rassemble tous, d’où que nous soyons : l’humanité. Vivez ces voyages, vivez vos envies et réalisez cette expérience qui changera votre façon de voir le monde et de l’aimer encore plus.

Virginie Frencel

Ce témoignage de volontaire peut faire référence à des actions impliquant des orphelinats. Retrouvez plus d’informations sur la vision actuelle de Projects Abroad au sujet du volontariat dans les orphelinats et la réorientation de nos actions vers des projets d’aide à l’enfance à dimension communautaire.

Ce témoignage est basé sur l’expérience unique d’un volontaire à un certain moment donné. Nos projets s’adaptent constamment aux besoins locaux, ils évoluent au fur et à mesure que des volontaires s’impliquent et s’adaptent aux saisons, ainsi votre expérience sur place pourra être différente de celle décrite ici. Pour en savoir plus sur cette mission, vous pouvez consulter la page de ce projet ou bien contacter l’un de nos conseillers de volontaires.

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
01 70 97 94 43
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
Haut de la page ▲