Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Santé & médecine - Médecine générale, Pérou par Mona Gherghout

Immersion culturelle au Pérou Mission de volontariat au Pérou, dans les Andes Mona, stagiaire en médecine au Pérou Stage médecine en pays hispanophone Volontaires bénévoles au Pérou

Je suis allée au Pérou en juillet-août 2012 pour effectuer une mission de volontariat dans le domaine de la médecine. L’organisation de mon départ était un peu soudaine ; j’ai commencé à me renseigner seulement au moi s de juin et un mois plus tard je me retrouvais déjà dans les hauteurs des Andes, à Cusco. Tout juste bachelière, sans expérience dans ce domaine, je me lançais dans une aventure sans vraiment savoir à quoi m’attendre.

Mon arrivée :

Après de longues heures de vols, me voilà enfin arrivée à Cusco où Tatiana, une correspondante de Projects Abroad m’attendait. Très accueillante, elle m’a d’abord montré les principaux lieux de la ville puis m’a accompagnée dans ma famille d’accueil.

La famille d’accueil :

Je pense que le fait d’être dans des familles péruviennes est une réelle opportunité. En effet, cela permet d’avoir une vision différente d’une vision de simple touriste sur les vies et coutumes des péruviens. J’ai pour ma part eu la chance d’être reçue dans une famille extrêmement chaleureuse, gentille, volontaire et généreuse. La première semaine, j’étais seule dans la famille puis, une semaine plus tard, une autre volontaire péruvienne m’a rejoint. En général, les volontaires sont plutôt américains ou européens, et c’était exceptionnel qu’une péruvienne soit volontaire. Projects Abroad fait en sorte de regrouper les volontaires par nationalités dans les familles d’accueil pour que les personnes ne se sentent pas trop seules. Je me suis très vite attachée à la famille grâce à laquelle je garde de merveilleux souvenirs.

Ma mission médecine :

Dès mon deuxième jour, le docteur qui supervise tous les volontaires en médecine (Patricia) est venu me chercher et m’a emmenée au centre de santé de San Jeronimo où j’allais effectuer ma mission. On remarque très vite sur place que l’organisation de la santé est très différente de la France et que le personnel se fait plus rare. J’ai été affectée au service des urgences où j’ai pu me sentir utile. Le personnel nous fait vite comprendre qu’il y a beaucoup de travail, et qu’il va falloir mettre la main à la patte ! Le travail est sérieux, même étant volontaire on n’est pas là pour rigoler et comme tout le monde, on a nos horaires. Comme en France, il y a des internes péruviens dans les hôpitaux avec qui il est facile de sympathiser. Il ne faut pas être timide et ne pas avoir peur de s’imposer. Il ne faut pas oublier que le personnel n’est pas en vacances, et donc comme tout être humain, peut avoir des journées avec des hauts et des bas. C’est une mission très enrichissante, on y apprend vite et beaucoup.

Les autres volontaires :

Pour les stagiaires en médecine, Patricia (médecin référent) organise une fois par semaine des repas afin d’échanger et faire le point. C’est des moments où l’on peut sympathiser avec les autres volontaires, échanger nos numéros, et surtout organiser des excursions. C’est aussi un moment où l’on peut souvent parler dans notre langue natale ! Ayant des volontaires de toute nationalité, il est vrai que les affinités se font plus naturellement en fonction de celle-ci. On y raconte nos joies et nos peines, c’est un repas rythmé par de nombreux fous rires.

Cusco :

Cusco n’est pas une grande ville ; il est très facile de se repérer et de se déplacer. Généralement, les volontaires ne vivent pas très loin et il est aisé de se retrouver. Il y a énormément d’activités à faire, il est normalement impossible de s’ennuyer. Dans le Pérou en général, il est possible de voyager en car pour pas cher, ce qui permet de partir éventuellement les weekends. Pour ma part, ma visite préférée à été celle du village (ruines) de Pisac, à quelques kilomètres de Cusco. Un calme et des montagnes magnifiques, j’ai toujours cette image encore en tête. Bien évidemment, l’incontournable Machu Picchu est aussi une merveilleuse visite, que je conseille mais accompagné d’un guide pour bien comprendre l’histoire.

Mes conseils :

Il faut savoir que Cusco est une ville où la population parle espagnol pour les plus jeunes, mais le Quechua pour les plus anciens. La population ne parle généralement pas anglais, surtout pour la mission médecine ; les gens viennent pour se soigner et donc ne font pas beaucoup d’efforts. C’est pourquoi je conseille d’avoir un bon niveau en espagnol ; il a été difficile pour certains volontaires de bien s’intégrer à l’hôpital ou dans leur famille à cause de la barrière de la langue.

Je conseille aussi de bien participer à la vie de la famille et d’essayer de se faire des amis locaux. Cela nous permet de se sentir au plus près de la population et on se sent ainsi très vite intégré, comme à la maison ! Il ne faut pas hésiter à aller vers l’autre, à discuter avec les populations que ce soit pendant les sorties ou dans un café. Pour les étudiants, prévoir une carte étudiant internationale avant votre départ. Celle-ci vous donnera le droit à beaucoup de réductions. La famille a l’habitude de recevoir des étrangers et est donc de très bon conseil sur beaucoup de sujets.

Je garde un excellent souvenir de ce voyage et ces rencontres. J’espère renouveler l’expérience prochainement. Merci à Projects Abroad pour cette organisation parfaite, et merci à la famille Mena Rocha pour ces moments de partages et de bonheur.

Mona Gherghout

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲