Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Missions humanitaires - Aide à l'enfance générale, Sri Lanka par Valentine Mansion

Volontaire humanitaire au Sri Lanka Animation auprès d'enfants au Sri Lanka Coutumes sri-lankaises Volontaires en familles d'accueil au Sri Lanka Volontariat au Sri Lanka

Je m’appelle Valentine, j’ai 23 ans et je suis partie avec une amie au Sri Lanka en mission humanitaire du 29 Septembre au 28 Octobre 2013. Je ne sais par où commencer tellement cette expérience m’a touchée. Mais je vais commencer par le commencement : la préparation de la valise !

Eh oui, car difficile de vraiment savoir ce qu’il faut mettre dedans, surtout que tout ce que je connaissais des voyages, c’était la formule All Inclusive, dans des hôtels avec des excursions toutes prêtes, et dans des pays proches de ce que l’on peut connaître ! Mais là, le Sri Lanka, c’était pour moi un défi, tant par le moyen de communication que par l’adaptation dans un milieu tout à fait inconnu, à plus de 8000 km de la maison !

La valise

Revenons à la valise : s’encombrer le moins possible ! Je me suis limitée à une semaine d’habits (bon ok, j’avais pris un petit supplément, mais il est vrai qu’une semaine aurait vraiment été suffisant !)

Et attention, un dress code est à respecter : pas de mini short, de décolleté, éviter les débardeurs à fines bretelles et les bas trop moulants (merci à Projects Abroad pour ces informations avant le départ, car elles se sont révélées être vraies !)

Le départ

Enfin bref, maintenant, passons aux choses sérieuses : le départ ! Nous sommes parties du Luxembourg avec une escale à Francfort-sur-le-Main, puis direction le Sri Lanka, avec à peu près 10h de vol à partir de l’Allemagne. Nous n’arrivions toujours pas à réaliser que nous allions arriver au Sri Lanka. Lors de l’atterrissage, pareil… Je disais à mon amie : « Tu te rends compte qu’on vient d’atterrir au Sri Lanka, au Sri lanka !!! »

Et là, à la sortie de l’aéroport, fioooou ! Dépaysement garanti, rien que par le climat lourd, très lourd, et très humide aussi ! Le stress commençait à monter ! C’était notre premier voyage seules, et nous devions nous débrouiller à l’aéroport, à parler anglais et à essayer de nous faire comprendre ! Le sac récupéré, nous rencontrions un membre de Projects Abroad qui nous a guidées pour changer nos euros en roupies, puis hop, direction notre famille d’accueil qui se trouve à 1h de l’aéroport.

Nous avions atterri à 4h45 du matin. Lors de notre transfert dans notre famille, on regardait à travers la vitre tout ce qui nous entourait… je n’arrivais pas à y croire ! J’en parlais et parlais et parlais à mes amis, ma famille, mon chéri… et maintenant ça y est, c’est réel, c’est concret : on y est ! Mais mon dieu, qu’est-ce que je stressais à l’idée de rencontrer notre famille, de ne pas réussir à m’adapter…

Mais plus le temps d’y penser, nous voilà arrivées à destination, avec un papa d’accueil extrêmement gentil, qui nous a accueillies avec le sourire, ainsi qu’une tasse de thé, sur sa terrasse. Ensuite, il nous a fait visiter sa jolie petite maison, et nous y avons rencontré sa femme ainsi que ses deux fils ! Eux aussi, extrêmement souriants et gentils. Arrivées dans notre chambre, ils nous laissent nous reposer du voyage et du décalage horaire (+4h en été/+5 heures en hiver). Nous nous sommes levées vers 12h, et sur la table du salon étaient posés le petit déjeuner ainsi que le repas, car ils ne savaient pas vraiment ce que l’on voulait manger !

A cette même heure, nous avons rencontré une autre volontaire qui rentrait de sa mission pour manger. Nous a vons échangé quelques mots, et elle nous a proposé de la suivre dans l’après-midi pour découvrir la petite ville de Mount-Lavinia. Quelle surprise quand nous marchions sur les trottoirs : les véhicules roulent tous comme… comment dire… comme ils veulent en fait ! Difficile de passer sur un passage piétons, car ici, par de priorité aux piétons ! Nous sommes allées dans un petit magasin où nous pouvions acheter à manger, à boire etc… Et c’est là que je me suis rendue compte que les prix sont incroyablement « cheap » par rapport à notre pays ! Bon, je sais, ce n’est pas comparable, mais ça m’a tout de même surprise ! Si vous voulez une idée de prix : 100 roupies = 0.60cts d’euros.

Alors imaginez-vous quand vous voyez des paquets de gâteau à 60 roupies, des noix de coco à 30 roupies, des bouteilles d’eau à 40 roupies (ah oui, là-bas il ne faut boire que de l’eau en bouteille, ou apporter des pastilles pour purifier l’eau du robinet, sinon, bonjour les toilettes !)… Je passe certains détails car je pourrais écrire un roman concernant nos péripéties !

Au début, les nuits étaient difficiles : chaudes et humides, mais avec le ventilateur dans la chambre on pouvait avoir froid, alors on se recouvrait, car si on coupait le ventilateur, on avait vraiment trop chaud… Et les moustiques, aaaah les moustiques, parlons-en ! On nous avait dit qu’il fallait nous mettre de l’anti-moustique le matin, le midi, le soir et avant d’aller se coucher (je vous dis pas comme on se sentait poisseuse après la douche quand on devait remettre ce produit !) afin de ne pas attraper la dengue et ne pas être piquées ! Malgré un mois d’anti-moustique, ainsi qu’un mois de citronnelle, je peux vous dire que les moustiques ne se sont pas privés ! J’étais tous les jours piquée, et qu’est-ce que ça gratte ! J’en ai encore des petites cicatrices (ça me fait des souvenirs !).

La mission

Enfin bref, maintenant, parlons de notre mission : agir dans un orphelinat situé à Rawathawatha (difficile de prononcer ce mot au début !) Niki et Aruni sont venues le lendemain de notre arrivée pour nous faire découvrir notre lieu d’action. Ce jour-là, encore une fois, j’étais stressée ! De plus, il fallait prendre le bus pour s’y rendre, et quand on n’a jamais pris le bus au Sri Lanka, ça peut être déroutant !!! Les voir rouler était déjà impressionnant, mais être à l’intérieur d’un bus Sri Lankais, c’est fou rire garanti ! (enfin au début c’était des rires jaunes, parce qu’on avait quand même peur d’avoir un accident !) Impensable de s’imaginer ça en France !

Arrivées à l’orphelinat, Niki et Aruni nous ont présentée à l’équipe de volontaires Sri Lankaises (rien à voir avec le fait d’être volontaire avec Projects Abroad : elles sont volontaires depuis des années, ce sont pour la plupart d’anciennes orphelines de l’orphelinat qui aident à leur tour… C’était vraiment émouvant). Et là, dans cet endroit, dans l’orphelinat, des souvenirs incroyables se sont créés… Les enfants venaient directement vers nous pour jouer, nous toucher, nous observer ! Ben oui, encore des nouvelles têtes ! Certains nous parlaient en Cinghalais, mais on ne comprenait rien ! On tentait de leur parler en anglais, mais à part quelques mots, ils ne comprenaient pas.

La tranche d’âge dont nous devions nous occuper se situait entre 1 et 5 ans, mais certains enfants avaient jusque 7 ou 8 ans.

Journée type

Les journées se passaient de la sorte :

Le matin, arrivée à 8h : les aider à se lever, se laver, se sécher, s’habiller. Pendant que les plus grands étaient à l’école juste à côté, nous nous occupions des plus petits (1 à 3ans à peu près), avec des Lego, des ballons, des chansons, des petites danses, des câlins, des câlins, et encore des câlins… Ensuite, retour des plus grands : tout le monde jouait ensemble juste avant l’heure du repas qui était fixée à 11h : tout le monde en bas, pour le déjeuner ! Et les moments de repas se faisaient avec beaucoup d’agitation ! Déjà, première surprise : ils mangent avec les doigts ! TOUS, enfants comme adultes !

Alors je ne vous dis pas les premiers moments de galère à confectionner des boulettes dans nos mains maladroites, alors que pour eux cela coulait de source ! Et puis la nourriture, il y en avait PARTOUT ! Sur les habits, dans les cheveux, partout sur la table, sur le sol… Sachant qu’au Sri Lanka, dans beaucoup de lieux il faut être pieds nus… Alors marcher dans le riz, la viande, la sauce… pieds nus… je n’ai jamais réussi à m’y faire ! Les lingettes bébés étaient tous les jours nos amies ! Et là, je me suis quand même dit : « Chez nous, quand un enfant mange avec les mains, on le dispute, quand il salit ses habits, on le dispute, … » C’était un dépaysement total, mais on s’y est vite fait, on s’est vite adaptée et on s’est vraiment vite sentie à l’aise et heureuse d’être là !

On repartait dans notre famille d’accueil à midi pour manger, et on retournait à l’orphelinat de 15h à 17h, pour à nouveau les aider à prendre le goûter, se laver, puis aller jouer dans la petite aire de jeux en bas de la structure, où les balançoires et un toboggan faisaient leur bonheur ! Les voir tous rire, chanter, crier, venir vers nous faire des câlins, se voir offrir des choses bizarres… Un pur bonheur !

Les temps libres

Le soir, de temps en temps, nous allions à la plage juste à côté de la maison de notre famille d’accueil, mais pas trop tard, car nous devions être rentrées pour 19h maximum : règle de notre papa d’accueil qui était très inquiet et qui ne voulait pas nous voir arriver quelque chose ! Durant les week-ends, nous visitions le Sri Lanka et grâce à lui, nous avons appris à prendre le train, à trouver les bons bus qui nous emmèneraient au bon endroit, à prendre les tuck-tuck sans se faire arnaquer, et ses conseils pour les guesthouses et les lieux à visiter nous ont énormément aidés ! Il était vraiment là pour nous !

Voici quelques lieux que nous avons pu visiter pendant nos week-ends, avec de nombreuses heures de trains et de bus : Le temple de la Dent et le jardin botanique à Kandy, les plantations de thé, the Lion’s Rock à Sigiriya (mon plus beau souvenir), le fort de Galle, les plages de Tangalle, l’orphelinat des éléphants à Pinnawela… Certains de ces souvenirs ont été partagés avec deux autres volontaires arrivées quelques semaines après nous dans la même famille d’accueil, avec qui nous avons lié certains liens.

En plus de lieux magnifiques, nous avons mangé magnifiquement bien ! Et ce, grâce à notre maman d’accueil ! A tous les repas, nous nous régalions ! Et grâce à ses recettes partagées, j’aime reproduire dans ma petite Lorraine certains mets de là-bas : le Rötti, les Hoppers, le poulet au curry (incontournable !), les sandwichs du petit déjeuner au pain de mie, œuf, moutarde, curry et oignons… Un vrai régal… Mais en France je les mange en plat principal avec une salade et plus au petit déjeuner ! Pendant nos week-ends, nous avons découvert d’autres plats, très bons aussi, mais extrêmement épicés !!!

Les derniers jours

Ce pays est incroyable, tant par les personnes que nous avons pu rencontrer, que par leur nourriture, leur culture, leur gentillesse, … Une chose est sûre : on ne s’est pas ennuyé une seule seconde ! En tout cas, je me souviendrai de ce dernier jour au Sri Lanka, ou plutôt ces derniers jours…

A la base nous devions rester au Sri Lanka du 29 Octobre au 31 Octobre, mais nous avons décidé de partir 4 jours plus tôt pour aller aux Maldives, qui se situent à 45min en avion ! L’occasion était présente pour se rendre sur ces îles, car je ne sais pas si je pourrai le faire en partant de la France, vu les prix exorbitants. Notre dernier jour à l’orphelinat, nous avons eu le droit de prendre des photos avec les enfants. Ça sentait vraiment la fin, c’était vraiment dur… Le matin, ça allait encore, on ne se rendait pas trop compte… Nous sommes revenues à 15h avec un gâteau au chocolat pour remercier les autres volontaires Sri Lankaises ainsi que les enfants, tous étaient très émus… et ça n’était rien comparé à ce qui nous attendait…

Après le goûter, nous sommes descendues dans la petite aire de jeux en bas de la structure… Et là… nous avons pleuré, pleuré et pleuré, et voici pourquoi : nous étions assises sur un muret en train de prendre des photos des enfants qui jouaient, et là, une des volontaires s’est mise assises à côté de nous, les enfants en cercles assis aussi tout autour, et ils nous ont chanté une chanson… Une chanson d’amour et de remerciements… “Thank you, thank you acka, thank you, thank you acka for my house… We love you, love you acka, we love you, love you acka… “. Acka = Sister = Sœur.

Alors là, nous nous sommes regardées avec mon amie, et nous avons commencé à pleurer… Avec certains petits bouts sur nos jambes… Et à ce moment-là, deux autres enfants viennent nous apporter des fleurs cueillies sur les arbres qui nous entouraient : ils nous avaient fait un bouquet… Comment voulez-vous partir de là ? Nous nous sommes rendues compte à quel point ils étaient contents que nous soyons venues, mais ils ne peuvent pas s’imaginer à quel point nous étions heureuse d’être là et combien nous aurions aimé rester… Et nous voilà dans le bus, la dernière fois que nous allions prendre ce bus… On pleurait, pleurait, pleurait… Mon dieu que c’était dur…

Le départ

Le lendemain, c’était notre dernier jour dans notre famille d’accueil… Le soir, après une dernière excursion express à l’orphelinat des éléphants que nous ne voulions pas louper, nous commencions à faire nos valises pour reprendre l’avion mais cette fois-ci direction les Maldives… Mais j’étais moins enthousiaste depuis que nous avions quitté nos petits bouts… Et là le fait de quitter notre famille s’annonçait être très difficile…

Ce soir-là, ils avaient une cérémonie, et ils nous avaient dit qu’ils reviendraient vers 23h… Nous avions acheté un gâteau (au chocolat encore une fois !) et nous avons mangé chacun un bout, tous ensemble, avant qu’ils ne partent au temple (ils ne mangeaient jamais avec nous car leur coutume veut que leurs hôtes mangent avant eux, alors avoir ce petit goûter en famille… un vrai bonheur !) Nos valises prêtes, on n’arrivait pas à dormir… On discutait, pleurait encore !

A un moment nous nous sommes endormies, et nous avions entendu quelqu’un frapper à notre porte : il était 1h du matin et c’était notre maman et notre papa d’accueil qui venaient nous réveiller pour nous offrir un petit quelque chose : une petite pierre de lune, à faire monter sur un pendentif ou sur une bague lorsque nous serons mariées… Quelle attention… Quelle gentillesse… Ils nous avaient tant donné, et ils nous donnent encore un souvenir… Un symbole d’amour !

Et devinez qui a encore pleuré : eh ben nous ! L’heure du départ est vite arrivée, nous nous sommes levées vers 3h du matin, pour avoir notre taxi à 4h pour décoller à 7h ! Et là, notre famille au grand complet, en train de dormir dans la pièce principale, l’un des fils sur le fauteuil, en train de dormir assis, l’autre sur le canapé, et les parents par terre, sans matelas, avec une petite couverture, pour ne pas louper le réveil et nous accompagner jusqu’au bout ! Et voilà l’heure fatidique, l’heure des au-revoir, des pleurs, des câlins, des « merci pour tout », des promesses de se contacter, …

Et dans le taxi, on regardait une dernière fois autour de nous, notre rue, notre ville, les paysages,… tout ce et ceux qu’on laissait derrière nous, avec un énorme déchirement au cœur de quitter notre famille, nos petits bouts,… En tout cas, je me suis faite une promesse : y retourner dès que possible, et surtout, lorsque je serai mariée, avec cette pierre de lune autour de mon cou.

Valentine Mansion

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲