Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Missions humanitaires - Aide à l'enfance générale, Népal par Margaux Delemasure

Volontaire en mission humanitaire au Népal Aider les enfants au Népal Maison d'accueil des volontaires près de Kathmandou Paysages du Népal

Je suis arrivée au Népal en juillet où je m’étais inscrite pour une mission humanitaire. J’ai été volontaire dans une crèche d’un petit village très mignon de la vallée de Katmandou, entourée de rizières et de montagnes, appelé Bungamati.

La maison d’accueil :
Je vivais dans une très jolie maison qui était entretenue par une famille de népalais et qui pouvait accueillir de nombreux volontaires. Le plus souvent à la maison il y avait Gyanu, une femme adorable qui nous cuisinait de très bonnes spécialités népalaises, son mari qui entretenait la maison et le jardin, et ses deux garçons qui étudiaient à la fac. Suku Maya était une autre népalaise qui s’occupait des volontaires – devenant presque une deuxième maman pour tout le monde - faisant en sorte que tout aille bien et étant toujours disponible pour le moindre problème. La maison est très agréable et propre, et dispose d’une terrasse sur le toit où tout le monde se retrouve souvent autour d’un repas ou d’un thé, pour discuter ou jouer aux cartes. Le seul point négatif que je verrais est que les népalais ne vivent pas réellement dans la maison, et rentrent chez eux le soir. Mais sinon il y a vraiment une très bonne ambiance dans la maison, on s’y sent comme chez soi!

La mission :
La crèche où je travaillais accueillait entre 16 et 21 enfants de moins de deux ans chaque jour. Il y avait avec nous 2 femmes népalaises qui s’occupaient des enfants. Au début, les enfants étaient un peu effrayés de me voir, les plus curieux osaient un peu jouer à mes jeux mais les autres me regardaient seulement de loin. Il a fallu une bonne semaine pour qu’ils s’habituent à ma présence, et après cela a été un vrai bonheur de les garder. Ces enfants sont tellement souriants et toujours de bonne humeur qu’il est très facile de s’en occuper. J’avais eu quelques appréhensions avant d’arriver, en me disant qu’ils étaient vraiment petit et en me demandant quels jeux je pourrais bien inventer pour les distraire, mais finalement cela n’a pas posé de problème car avec quelques chansons, un ballon et des chatouilles ils pouvaient s’amuser tout l’après-midi.

Si j’avais un conseil à donner, ce serait de ne pas hésiter à prendre des initiatives, inventer de nouveaux jeux, danses ou chanter des comptines (même si les miennes étaient en français, cela a beaucoup plu à tout le monde, même aux népalaises qui ont voulu les apprendre aussi !). De plus, les népalaises sont plutôt timides et osent rarement demander de l’aide, il ne faut donc pas hésiter à leur proposer la votre, et à s’occuper des enfants sans qu’on vous le demande. Au début du séjour par exemple, à midi, les népalaises donnaient à manger à tous les petits sans nous demander de leur donner un coup de main ! Comme leur culture est différente de la notre, je n’ai pas osé proposer mon aide tout de suite, de peur de les vexer. Mais en fait, j’ai fini par prendre un biberon et le donner à l’un, pendant que je donnais la cuillère à un autre. Les népalaises ont beaucoup apprécié et j’ai c’est à partir de là que j’ai commencé à me sentir vraiment utile ! En observant leur façon de faire, je les ai vite imité et j’ai pu les aider dans toutes leurs tâches : endormir les petits, les consoler, les nourrir, nettoyer la salle de classe…

Il est aussi important de participer au nettoyage de la classe ainsi que des jouets, car les népalais s’y sont mis depuis peu et n’y sont pas encore bien habitués. Un dernier conseil pour la crèche : le mieux est de s’y rendre avec des vêtements qu’on ne craint pas de voir salis !

Les excursions :
Nous avions les week-ends de libre pour pouvoir faire des petites excursions dans le pays. L’association organise des sorties en groupe pour les volontaires chaque week-end (ce qui est très sympa si l’on veut rencontrer du monde, d’autres volontaires), mais vous pouvez aussi partir de votre côté. Se déplacer n’est pas très compliqué au Népal car il y a beaucoup de bus (très peu chers) qui desservent régulièrement tous les villages. Il y a aussi les népalais qui sont toujours ravis de vous aider si vous êtes perdus ! La vallée de Katmandou est pleine de villages riches en monuments historiques, temples et endroits à visiter. Mais il est aussi possible de sortir de Katmandou pour aller voir la jungle du Teraï à dos d’éléphant, ou faire des petites randonnées dans les montagnes.

Quelques conseils :
1. Pour aller au Népal, je pense qu’il est utile de savoir parler un minimum anglais, car cela facilite beaucoup la communication.

2. Je pense aussi que c’est une bonne idée d’apporter des choses à donner, comme des livres pour les écoles, des jouets, car c’est un pays vraiment pauvre et souvent peu équipé.

3. J’ai trouvé très utile d’acheter le Guide du Routard Népal/Tibet, car on y apprend beaucoup sur la culture locale, la nourriture, le comportement des népalais, les choses à ne pas faire, quelques notions de népalais, les endroits visiter etc. Le guide fourni même une liste des médicaments à emmener !

4. Je conseillerai d’emmener un petit « kit de survie » : une trousse à pharmacie, une lampe frontale (car il y a souvent des coupures d’électricité), des pastilles micro-pures (pour purifier l’eau qui n’est pas potable au Népal, et éviter d’avoir à acheter des bouteilles d’eau), un sac à viande (sorte de sac de couchage fin en tissu pour l’été)...

5. Enfin, il est bon à savoir qu’au Népal, il est jugé irrespectueux de montrer ses épaules et ses genoux. Il faut donc apporter des vêtements adaptés: des pantalons longs mais légers si vous y aller en été (pendant la mousson, il fait très lourd), et des tee-shirt à manches courtes (pas de débardeurs !). Je n’avais pas eu cette information avant de partir et j’ai été bien embêtée en arrivant, quand j’ai du porter des pulls pour couvrir mes épaules alors qu’il faisait une chaleur terrible !

Margaux Delemasure

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲