Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Missions humanitaires - Aide à l'enfance générale, Mongolie par Charlotte-Sophie Joye

Charlotte en Mongolie Charlotte et les enfants en Mongolie Aide aux enfants handicapés en Mongolie Charlotte en mission humanitaire en Mongolie Aide aux enfants à Oulaan Baator

Une rupture difficile, 30 bougies soufflées et une impression de vie ratée…. Je dois faire quelque chose... Alors c’est parti pour un mois en Mongolie ! Et c’est le choc culturel ! Les premiers jours dans la capitale sont difficiles. D’une part, pour diverses raisons, je ne peux pas travailler tout de suite. D’autre part, la ville est sale et bruyante, le regard des Mongols est pesant voire agressif, j’ai été importunée deux ou trois fois, la communication est laborieuse car leur maîtrise de l’anglais est faible et ma maîtrise du mongol encore inexistante, je dors sur un lit sans matelas… et pour couronner le tout : les repas. Je ne mange pas de viande, ce que les Mongols ne comprennent pas et les fruits et légumes ne font pas partie de l’alimentation quotidienne en Mongolie. A peine arrivée, je n’ai donc qu’une envie : repartir !

Cependant, ce n’est pas la première fois que je pars si longtemps à l’étranger et je sais qu’il faut laisser du temps à l’adaptation. Et j’ai bien fait de persévérer. Ma tutrice Azaa s’occupe bien de moi et m’accompagne dans toutes les démarches (prise de sang, achat de la tenue de travail, achat du téléphone….). Très vite je trouve des repères rassurants : ils ont du chocolat Toblerone ! Très vite je rencontre d’autres volontaires. Ensemble, nous partons découvrir l’arrière-pays. Six jours pendant lesquels je me réconcilie avec la culture mongole et je retrouve la représentation que j’avais de la Mongolie. Les yourtes (nom d’ailleurs pas du tout utilisé chez eux !), les chevaux, les temples bouddhistes, les couchers de soleil, du vert à perte de vue et un ciel infiniment bleu… Notre guide-chauffeur-cuisinier, Viktor, est formidable et nous prépare de bons petits plats.

C’est à l’orphelinat que j’apprécie vraiment mon séjour. Les enfants me rappellent pourquoi je suis venue. D’ailleurs, j’ai plus de photos d’eux que de paysage ! Ils se jettent dans mes bras quand j’arrive, s’y endorment parfois en fin de matinée… après avoir crapahuté et pris de bons fous rires. J’aurais tellement aimé en mettre un dans ma valise ! Je m’occupais également d’enfants handicapés, grâce à cela j’ai beaucoup appris sur moi. Je regrette cependant, d’être restée les quatre semaines dans le même groupe. J’aurais aimé travailler aussi avec des bébés. J’en avais fait la demande mais je n’ai jamais eu de réponse. Cette mission m’a montré les différences de soins et d’éducation existantes entre l’Europe et l’Asie. J’ai beaucoup aimé l’après-midi passé dans un foyer, avec les plus grands. Nous avions apporté des fruits, les filles ont alors préparé une grande salade pour tout le monde.

Ma famille d’accueil était très sympathique. Je pouvais utiliser le lave-linge, l’ordinateur et la télévision grâce à laquelle j’ai beaucoup appris sur la culture mongole. Ils ont aussi l’émission « Qui veut gagner des millions ? » et j’ai regardé le film « Titanic » en mongol ! Quelle expérience ! Je suis très curieuse et j’avais des centaines de questions à poser à mon « père d’accueil » malheureusement le barrage de la langue était bien présent… Ils m’ont emmenée visiter le Buddha Park et d’autres curiosités. En cadeau d’adieu, j’ai reçu, de leur part, le CD d’un chanteur mongol. Je l’écoute de temps en temps pour prolonger les souvenirs !

Pourquoi la Mongolie ? Je voulais une destination peu courante, avec peu de touristes, une destination à laquelle on ne pense pas forcément pour les vacances. Je savais déjà que je n’allais faire cette expérience qu’une fois, je voulais donc une destination originale ! Et d’après les réactions de mes proches, cela l’était ! Les prix du voyage et de la mission ont aidé aussi dans le choix. Les pays à risques (guerres civiles/enlèvement…) avaient également été rayés de ma liste. Je suis partie avec Projects Abroad car je souhaitais être encadrée et soutenue. Le sérieux de cet organisme m’a été confirmé lors d’une « Journée Découverte » organisée en France à Lyon.

Ce séjour m’a libérée des clichés que je pouvais avoir sur les Mongols. Ils ne sont pas tous à cheval, ils conduisent aussi de gros 4x4. J’ai malheureusement été aussi un peu déçue : ils sont peu respectueux de la nature. Elle n’est pas aussi importante pour eux que je ne le croyais, il y a des déchets partout, et pas seulement dans la capitale. D’autre part, ma culture générale s’est énormément enrichie : les traditions asiatiques et mongoles, le bouddhisme, l’histoire de la Mongolie, l’influence de Genghis Khan, le ressentiment envers la Chine, etc. Un point m’a agréablement surprise : ils n’ont pas de MacDo !

Une chose importante à savoir pour passer un bon séjour : s’ils n’ont pas compris ce que tu dis, ils répondent quand même par l’affirmatif. Par exemple, tu dis à ta famille d’accueil que tu ne manges pas le soir avec eux, ils te répondent oui mais ils t’appellent le soir pour te dire que le repas est prêt et qu’ils t’attendent!

Je souhaite à tous une expérience aussi enrichissante que celle que j’ai faite !

Charlotte-Sophie Joye

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲