Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Missions humanitaires - Aide à l'enfance générale, Mexique par Sonia Verin

Aider des ados en difficulté sociale en Amérique Latine

Pensionnaires, psychologues et volontaires en mission humanitaire au Mexique

Sonia en écovolontariat

S'occuper des bébés crocodile au Mexique

Centre pour ados en difficulté, Mexique

Relacher les bébés tortues au Mexique

Je m'appelle Sonia. Je reviens de 5 semaines au Mexique, en tant que volontaire avec Projects Abroad. Je suis médecin généraliste avec une compétence en pédiatrie pour les touts petits jusqu'à 2 ans. Je n'ai pas voulu partir en tant que volontaire professionnelle, je voulais me tourner vers d'autres domaines. J'ai donc choisi le centre de jeunes adolescents en difficulté pour 4 semaines à Ciudad Guzman, et le centre de protection des tortues marines à Chupadero, près de Tecoman pour une semaine supplémentaire.

L'accueil fait par les responsables travaillant pour Projects Abroad à Ciudad Guzman et à Chupadero a été très agréable. Ils m'ont mise tout de suite à l'aise. J'ai rencontré les autres volontaires qui n'étaient pas forcément dans les mêmes projets que moi. Je n'ai pas trop cherché à les rencontrer par la suite car j'étais aussi venue au Mexique pour pratiquer l'espagnol et donc je voulais plutôt n’être autant que possible en contact qu'avec des mexicains. Le centre des ados a été parfait pour moi de ce côté-là. Il y avait aussi la famille formée uniquement de 2 vieilles femmes, qui m'hébergeaient mais que je ne voyais que le soir et avec qui, compte tenu de leur âge, je n'ai hélas pas pu partager d’activités.

Le centre d'ados accueille des jeunes garçons de 10 à 18 ans, la plupart ayant de gros problèmes avec leur famille, donc souvent livrés à eux-mêmes, se réfugiant dans tout type de drogue, vivant de petits boulots, certains sont quasi analphabètes... Bref, des jeunes en difficultés. Ils sont récupérés par la DIF (organisme d’Etat) qui leur propose alors de faire un séjour d’au moins 3 mois dans ce centre. Les jeunes peuvent arriver de n'importe quel état du Mexique. Il en devient un pensionnaire, nourri, blanchi. On lui fait faire diverses activités pour oublier la drogue. On pourrait dire que ce centre est un lieu de désintoxication. Parmi les activités, on leur propose vraiment de tout : cuisine, dessin, musique, danse, couture, sport, cours d'anglais, de technologie... Cours aussi sur les différentes drogues et leurs méfaits. On le leur rappelle régulièrement. Toute drogue est bien sûr interdite dans le centre ainsi que la cigarette. Et donc le rôle du volontaire est de les accompagner dans toutes ces activités et même dans leurs moindres déplacements en surveillant qu'ils ne se prennent pas en cachette une drogue quelconque.

De par ma profession, je connais déjà bien le sujet. Mais cette fois je n'étais pas là en tant que médecin Je partageais le quotidien de ces jeunes ainsi que l’autre démarche de thérapie que j'ai d'ailleurs beaucoup appréciée.

Je suis donc restée 4 semaines à Ciudad Guzman, qui est une petite ville pas du tout touristique mais très agréable. Il y a très grand lac à 20 minutes en vélo et un grand parc aussi en périphérie de la ville.

A Chupadero, c'était tout autre chose. Une grande plage de 25 Kms, réserve de tortues marines, avec un lagon à 2 kms du centre, réserve d'oiseaux. Le centre reçoit des volontaires avides d'écotourisme. Le centre est à 20 kms de Tecoman, complètement isolé entre mer et champs de cocotiers. La vie y est très rudimentaire. Campement, douche à l'eau de mer +/- adoucie, froide. Repas ramenés tous les jours de Tecoman par un responsable. En effet, les repas sont faits 1 fois/j par une cuisinière chez elle à Tecoman. Quand je suis arrivée, le responsable m'a proposé une petite cabane, sans fenêtre et sans plafond. Il y avait bien sûr du courant d'air mais j'ai préféré être là que sous une tente car je ne supporte pas d'être enfermée. Donc cela tombait très bien!

Le rôle des volontaires consiste à partir patrouiller 2 fois/24h sur la plage en quad, pour repérer les œufs de tortues, les récupérer et les placer dans les nids qu'ils auront reproduits auparavant dans le centre. Les œufs vont alors éclore dans ces nids. Et lorsque les tortues bébés sont nées et qu'elles sont prêtes, on les place face à la mer, pour leur permettre alors de partir pour la grande aventure.

J'habite en Nouvelle Calédonie, donc dans le Pacifique, "en face" de la côte Pacifique du Mexique, donc de Chupadero (enfin presque !) Et donc nous avons aussi pas mal de tortues marines qui viennent pondre le long des plages. Et bien sûr, elles sont menacées, mais il n'y a aucun centre de protection. On ne fait qu’avertir les gens par des spots à la télé leur demandant de respecter ces tortues.

A Chupadero en dehors du centre , on devait aussi aller compter les oiseaux sur le lagons car il y a aussi des espèces en voie de disparition apparemment. Une fois/ semaine, c'est la journée " crocodile". Les volontaires accompagnent, s’ils veulent, le responsable au crocodilarium, qui est, lui, un lieu public, proche de Tecoman. Les volontaires n'ont là aucune obligation, bien que le travail soit similaire à celui des tortues : recueillir les œufs aux abords d'un lagon à crocodiles, pour les mettre dans un bassin. Mais là bien sûr c'est un peu plus périlleux !

En tout cas ce que j'ai beaucoup aimé à Chupadero, c'est le lieu, l'isolement, la nature. Je n'ai vraiment pas été débordée de travail en tant que volontaire mais cela ne m'a pas gêné.

En résumé, j'ai beaucoup apprécié ce séjour même si je n'ai pas appris grand-chose dans la pratique proprement dite (la drogue chez les jeunes, les tortues marines menacées de disparition). J'ai apprécié le contact avec des Mexicains, une autre culture, un autre décor (paysages, architectures), la pratique de l'espagnol (j'adore cette langue même si elle moins chantante au Mexique qu'en Espagne). Dans une mission, ou un voyage, c'est à chacun d'y trouver son plaisir. En tout cas, du point de vue de l’organisation de Projects Abroad, ça a été parfait !

Sonia Verin

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲