Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Missions humanitaires - Aide à l'enfance générale, Costa Rica par Sana Salem

Sana Salem Sana Salem Sana Salem Sana Salem Sana Salem Sana Salem

Je suis partie le 1er septembre en direction du Costa Rica. Pour moi c'était une expérience unique qui allait se présenter et je comptais bien m'investir jusqu'au bout et profiter de chaque instant.

Une fois dans l'avion je ne savais pas vraiment ce qui m'attendait mais je savais juste que j'allais découvrir un monde différent.

Quand je suis arrivée, la première semaine je me suis rendue compte que j'avais vraiment atterri dans un monde différent, mais pourtant qui n'allait pas être plus mal. Il m'a fallu plus ou moins deux semaines pour pouvoir m'adapter à ma nouvelle vie et puis la belle aventure pouvait commencer.

Ce que j'ai vécu au centre Spécial de Liberia je ne pourrai pas le vivre ailleurs. C'était déjà un projet de longue date que j'avais en tête de m'occuper d'enfants handicapés mais c'était aussi pour moi une première expérience et sûrement pas la dernière...

Pendant trois mois, j'ai pu partager mon quotidien avec des enfants ayant des handicaps différents. J'ai pu côtoyer des personnes remarquables travaillant au Centre. Pour moi c'était une très bonne référence car malgré le peu de moyens qu'ils avaient, l'attention qu'ils portaient à chacun des enfants et les activités programmées me surprenaient de jour en jour.

Ce qui n'était peut-être pas évident c'était de voir les handicaps de chaque enfant. Cela pouvait aller d’un extrême à un autre. Mais pourtant malgré leurs difficultés et la misère dans laquelle ils vivaient ils avaient toujours un sourire qui les faisaient rayonner et me rendait encore plus heureuse, convaincue de ma place auprès d'eux, et encore plus déterminée que jamais .

Le Centre spécial de Liberia est le seul centre pour enfants handicapés se trouvant à Libéria . Pour cela on pouvait voir de nombreux enfants. Pendant les trois mois j'ai vu des enfants arriver pour la première fois au Centre et ce n'était pas évident de se dire qu'il pouvait y avoir autant d' enfants ayant un problème physique ou mental.

Pendant trois mois j ai travaillé avec deux femmes admirables, deux Tiquas... Deux femmes qui m'ont beaucoup appris sur la vie costaricaine, celle des enfants mais aussi sur leur vie à chacune d'elles. Ils m'ont accueilli si chaleureusement, aussi bien les personnes qui travaillaient au Centre que les enfants eux-mêmes. C'était un vrai bonheur d'être chaque jour auprès d'eux et de pouvoir partager un moment de leur vie. Ils m'ont appris que même avec des difficultés et des soucis, il faut, quoi qu'il arrive, rester positive car la vie nous réserve que de surprises ....

Ma relation avec chacun des enfants était assez complice et assez unique, j'essayais de leur donner autant d’affection et de joie que possible, même si pour moi ça ne me paraissait pas assez. Ce qui est étrange c'est cette impression qu'on ne fait pas assez. Mais au milieu de la misère il est difficile de changer quelque chose.

Avec chaque enfant j'avais une relation assez particulière et encore plus avec ceux de ma classe.

J'étais dans une classe de 6 ados encore plus admirables et attachants que jamais. Ce qui était dur c'était de voir Giovanni qui avait 18 ans avec une paralysie cérébrale ne sentant que la sensation du toucher et ne pouvant rien faire d'autre que de balancer sa tête de gauche à droite et moi auprès de lui, lui chantonnant des petites chansons, lui faisant des petits massages, lui donnant autant d' amour que possible . Ce qui était difficile c'est face à son handicap de rester solide. Après ça on se rend compte de la chance qu'on a d'avoir toute nos capacités. Je me suis attachée fortement à lui et ça m'a fendu le cœur quand j'ai su que son espérance de vie était limitée.

La complicité que j avais avec José, un autiste hors du commun avec un sourire plus qu'attachant, me convainquait encore plus de vouloir étudier l'autisme et pouvoir donner à ces enfants un espoir d'aller de l'avant.

Priscilla m'a ouvert son cœur et je ne pourrai jamais oublier son regard et sa joie de vivre. Scarlett une ado de 17 ans, avec un sourire craquant et une telle intelligence surprenante malgré le fait qu'elle n'ait pas toutes ses capacités mentales.

Michael et Sergio étaient deux garçons adorables de 18 ans, Sergio ayant des problèmes émotionnels et Michael ayant un retard mental. Tous les deux m'ont donné énormément de joie et j ai pu partager des fous rires avec eux qui resteront gravés dans ma mémoire à jamais.

Pour moi, ces enfants étaient plus qu'admirables et m'impressionnaient car face à la vie qu'ils menaient ça ne les empêchait pas de vivre pleinement. Ceci me faisait réaliser que mon choix d'être après d'eux me comblait.

Trois mois passés avec ces enfants ont été plus que fabuleux et d'avoir eu à les quitter n'était pas facile mais je savais au fond de moi que je reviendrai ...

Les voir vivre aussi pleinement malgré leurs problèmes et leurs conditions de vie m'a fait réaliser énormément de choses. Je pense qu'une expérience comme celle-ci est une chance à ne pas manquer car nos souvenirs sont gravés dans notre mémoire à jamais et elle nous permet de rencontrer des gens hors du commun.

Au final, cette expérience m'a apporté une énorme bouffée d'air dans ma vie et m'a permis de me rendre compte de la vraie valeur des choses et qu'il fallait profiter de chaque instant et aller au bout de ses rêves. Pour moi la vie au Costa Rica ne me paraissait pas plus mal que la vie de l'autre bout du monde. Une expérience comme celle que j'ai vécue nous transporte et nous transforme à jamais.

Sana Salem

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲