Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Missions humanitaires - Aide à l'enfance générale, Argentine par Marie Fouré

Argentine, mission humanitaire par Marie Fouré Argentine, mission humanitaire par Marie Fouré Argentine, mission humanitaire par Marie Fouré Argentine, mission humanitaire par Marie Fouré Argentine, mission humanitaire par Marie Fouré Argentine, mission humanitaire par Marie Fouré

Après avoir effectué deux missions avec Projects Abroad pendant trois mois et demi au Pérou (Enseignement et Écovolontariat), je me suis rendue en Argentine pour travailler pendant deux mois au sein d’orphelinats dans la ville de Cordoba. Ces orphelinats regroupent pour la plupart non pas des enfants ayant perdu leurs parents mais des enfants ou adolescents dont les parents ont des problèmes avec la justice soit pour avoir battu ou abusé de leurs enfants, soit pour problèmes de drogues (ou autres), soit par manque de moyen. Les enfants sont alors répartis dans les divers orphelinats de la ville.

Ils sont en général 10 à 15 par orphelinat. Il est très important de prendre en compte leurs histoires difficiles passées comme présentes pour mieux s’adapter à leur comportement. Ce qui saute aux yeux au premier regard c’est leur immense besoin d’affection pour lequel ils pourraient devenir violents entre eux, afin d’avoir l’exclusivité d’une personne. D’ailleurs la violence, qu’elle soit verbale ou encore physique, est incessante et parfois impressionnante. Pour ma part, mon volontariat en Argentine s’est déroulé en janvier et février, malheureusement pas la meilleure période pour travailler en tant que volontaire là-bas, dans la mesure où il s’agit de la période des vacances d’été.

Lorsque j’ai commencé à travailler en Argentine, notre mission a été quelque peu modifiée. En effet, chaque été, tous les orphelinats de la ville partent en camp de vacances dans la ville de Jesus Maria à environ trois quarts d’heure à une heure de la ville de Cordoba. Nous avons donc travaillé dans cette colonie pendant cinq semaines, en tant que moniteurs pour tous les enfants présents sur place (parfois jusqu’à 150). Nous y étions logés à la semaine du lundi au jeudi.

Le travail est donc différent de celui que l’on réalise dans les orphelinats mais tout aussi intense. Nous suivions les directives des moniteurs et professeurs agréés pour l’encadrement des enfants et les diverses activités mises en place. Le seul problème rencontré pendant ces cinq semaines a été de ne pas pouvoir faire partie d’un orphelinat en particulier. En effet, nous dormions à part et n’étions que très peu sollicitées pour s’occuper d’enfants en particulier. Nous étions là pour donner de l’affection aux enfants, parler et jouer avec eux, pour autant notre crédibilité auprès des « mamans » accompagnant les enfants était assez réduite, il me semble.

Après ces cinq semaines passées à la colonie de vacances, après avoir travaillé auprès de ces 150 enfants aux divers situations, comportements sociaux, comportements physiques ou encore comportements psychiques, je suis retournée travailler au sein d’un orphelinat dans la ville de Cordoba. J’y ai retrouvé les treize enfants que j’avais appris à connaître un peu plus dans la colonie de vacances et j’ai été très surprise de sentir qu’ils avaient du respect envers moi et attendaient avec impatience chaque matin que je leur propose des activités.

Cette expérience dans la colonie, bien que parfois laborieuse, dans le sens où il était extrêmement difficile de se faire respecter et écouter, m’a été incroyablement bénéfique pour mon arrivée à l’orphelinat. Connaissant les enfants par avance, ma crédibilité était déjà forgée puisqu’ils m’avaient testée auparavant sur le terrain. Il faut croire que bien qu’ils ne m’aient pas toujours écoutée, j’ai dû montrer que j’étais là pour leur bien et qu’ils devaient en retour me respecter.

La violence entre les enfants avait quasiment disparue pendant tout le temps où j’ai travaillé dans l’orphelinat. Pendant ces trois semaines, je me suis sentie bien plus utile qu’à la colonie (qui manquait quelque peu d’organisation) et j’ai pris grand plaisir à enfin pouvoir préparer mes propres activités et pouvoir passer du temps avec chacun des enfants de l’orphelinat. Les « mamans » qui s’occupent à temps plein des enfants me laissaient quartier libre avec eux et participaient parfois également. Petit à petit elles se montraient reconnaissantes de mon travail et nous discutions ensemble, bien plus qu’avec les « mamans » rencontrées dans la colonie. Ceci m’a fait également le plus grand bien.

Si je dois résumer mon expérience en Argentine, je dois dire qu’elle m’a appris énormément de choses sur l’Argentine au niveau culturel, politique et au niveau du système éducatif. De même, je n’avais jamais travaillé avec des enfants aussi difficiles et ceci a été des plus formateurs. J’aurais aimé pouvoir rester plus longtemps au sein de l’orphelinat car entre les enfants, les monitrices et moi-même nous commencions à construire quelque chose d’assez intéressant. J’aurais aimé pouvoir créer encore plus de lien avec les enfants comme avec les personnes travaillant au sein de l’orphelinat. Mais comme je l’ai dit, le fait de tomber pendant les vacances d’été a été la principale raison du bilan mitigé de mon expérience. Je dis mitigé dans la mesure où j’aurais aimé me sentir plus utile. Je reste persuadée que ça aurait été le cas en travaillant sur une autre période, afin de pouvoir épauler ces enfants au niveau scolaire notamment.

Je reste persuadée également que le travail que les volontaires font au sein des orphelinats est nécessaire. Les moniteurs organisent très peu d’activités pour les enfants, et perdent parfois un peu patience avec eux. C’est pourquoi je pense qu’un travail d’équipe avec ces moniteurs feraient le plus grand bien à ces enfants qui manquent de repères, de règles et d’adultes à leurs côtés en qui ils peuvent avoir confiance.

Marie Fouré

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲