Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Journalisme - Journalisme général, Mongolie par Anna Le Bec

Anna Le Bec Anna Le Bec Anna Le Bec Anna Le Bec Anna Le Bec Anna Le Bec Anna Le Bec Anna Le Bec Anna Le Bec

Le rêve mongol

Pour moi, la Mongolie a d'abord été un rêve de petite fille. Je nourrissais une fascination et une attirance totalement inexpliquée pour ce pays, qui représentait l'inconnu, l'évasion, une terre de légendes, la liberté, la vie nomade et tant d'autres choses importantes dans ma vie.

Moi qui aime le voyage, la découverte, l'aventure, j'espérais secrètement, mais n'envisageait pas comme quelque chose de possible de pouvoir y aller un jour.

J'ai lu quantité de livres, vu quantité de films, documentaires, émissions qui parlaient de la Mongolie. Je m'en suis nourrie pour satisfaire ma curiosité et mon envie de connaître mieux ce pays et ce peuple incroyable, qui descendait du grand Genghis Khan.

Il y a quelques mois, en parlant avec une amie de notre passion commune pour le voyage, elle m'a parlé de Projects Abroad, pour qui elle allait travailler pendant 1 an au Népal, en tant que Chargée de mission.

J'ai commencé à me renseigner sur cet organisme dont les actions faisaient écho à mes propres valeurs.

Parallèlement, j'avais décidé de me reconvertir professionnellement et je venais d'être acceptée dans une école de journalisme à Paris. Un changement radical pour moi qui vais bientôt avoir 33 ans.

En regardant de manière plus détaillée les possibilités de missions et la liste des pays, je me suis rendue compte que je pouvais réaliser grâce à Projects Abroad une mission de journalisme en Mongolie !

Je me suis tout de suite inscrite et j'ai commencé à préparer mon départ.

Je n'ai pas vraiment réalisé l'importance de l'expérience que j'allais vivre avant d’y être.

Mon premier contact avec les mongols et leur terre a été une véritable révélation.

Sumi, ma superviseuse chez Projects Abroad, est venue me chercher à l'aéroport et m'a incroyablement bien accueillie et mise en confiance. Elle m'a également donné quantité d'informations importantes sur son pays et sa culture, qui m'ont énormément servis pendant tout mon voyage.

J'arrivais en plein démarrage du Naadam, ce qui a un peu compliqué mon arrivée, car je ne pouvais pas commencer tout de suite mon volontariat au UB Post, le journal dans lequel j'avais été placée pour un mois.

Ma famille d'accueil m'a tout de suite mise à l'aise et j'ai tout de suite ressenti une grande confiance et une grande affection pour eux.

Tuya, la mère de famille a été, est, et sera toujours pour moi une seconde maman en Mongolie.

Elle m'a ouvert grand la porte, a veillé à ce que je me sente bien, m'a préparé des bons petits plats, s'est occupé de mon linge et a démontré un immense intérêt à tout ce que j'étais et tout ce que je faisais pendant que j'étais chez elle. J'ai joué avec ses enfants, me suis occupé d'eux comme ceux de ma propre famille, j'ai ri avec eux, mangé avec eux, partagé des moments incroyables avec eux.

J'ai gagné des frères, une sœur, un neveu, un papa et une maman.

Cette famille, qui est désormais devenue la mienne, a été pour beaucoup dans mon bien-être et mon adaptation quasiment spontanée à ce pays.

Ils sont sans nul doute mon expérience la plus intense, d'un point de vue émotionnel en Mongolie. Je m'estime chanceuse d'avoir été placée dans cette famille d'accueil qui m'a tant apporté pendant ce mois passé en Mongolie.

Mais la Mongolie est avant tout une terre de rencontres.

Ensuite, pour parler de mon placement au UB Post, je suis tout aussi chanceuse...

Ma responsable directe au journal, Dari, ainsi qu'Ulzii, la rédactrice en chef, m'ont très bien accueillie et m'ont fait une totale confiance, que ce soit au niveau du choix des sujets de mes articles ou de la manière de les rédiger.

J'ai également eu grâce à elles, une chance incroyable que n'ont pas tous les journalistes débutants pour leur premier article : un encart à la une et une pleine page !!!

De plus, j'ai pu mettre à profit une de mes autres compétences et passion pour ce travail : la photo.

J'ai donc eu la chance incroyable de rédiger tous mes articles sur le sujet de mon choix, avec mes propres photos.

Ce qui m'a laissé une marge de manœuvre énorme et m'a permis de vivre en parallèle de mon stage des expériences géniales.

J'ai pu faire des rencontres incroyables et découvrir la culture mongole comme je le souhaitais.

J'ai réalisé en un seul voyage un nombre incommensurable de rêves que j'avais depuis longtemps.

J'ai vécu avec des mongols pendant un mois, chevauché dans la steppe, vu des aigles pour la première fois, participé au Naadam, j'ai été invité par des mongols dans une yourte, j'ai appris des rudiments de mongol, assisté à une cérémonie dans un temple bouddhiste, pris des photos des moments magiques que j'ai vécu là bas et j'ai réalisé que si j'étais autant fascinée par ce pays c'est par ce qu'il m'appelait depuis très longtemps...

Toutes les filles de Projects Abroad Mongolie ont été géniales avec moi : en particulier Sumi, Azza, martyna, et je les remercie pour ça.

La rédaction du UB Post aussi, ils ont compris mon besoin d'indépendance et de liberté, et m'ont énormément appris.

Ma famille en Mongolie me manque énormément, tous les jours depuis que je suis revenue en France.

J'envisage d'ailleurs de revenir plus vite que prévu, pour prolonger cette incroyable expérience.

On m'a offert plusieurs opportunités de travail là bas et je souhaite les saisir !

Si tout se passe bien, je m'expatrierai en Mongolie pour un an, et cela, dans les 2 mois qui vont suivre.

Je sais que j'y ai une famille, des amis et une vie dans un pays que j'aime qui m'attendent.

Comme le disait Bernardo Carvalho dans son livre « Mongolia » : « Ce que l'on voit en Mongolie, on ne peut pas le photographier » tout simplement par ce qu'il faut le vivre !

Et je remercie Projects Abroad de m'avoir permis de le vivre de cette manière là.

Anna Le Bec

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲