Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Journalisme - Journalisme général, Mexique par Khady Ndoye

Khady Ndoye

Je me suis rendue à Ciudad Guzman au Mexique, pour effectuer un stage en journalisme. Pour tout dire avant mon départ j'étais anxieuse de partir en terre inconnue. Cependant, l'équipe de Projects Abroad a été très réactive en assurant mon suivi avant, pendant et après mon stage. En effet, avant mon départ j'ai eu à ma disposition une page personnalisée dans laquelle j'avais toutes les informations nécessaires pour mon voyage. Durant mon séjour, l'équipe mexicaine a été totalement disponible !!

En arrivant sur place j'ai été agréablement surprise de l'accueil chaleureux des Mexicains. Que ce soit avec ma famille d'accueil, ou avec mes collèges ou encore les personnes que j'ai rencontrées là-bas ; tous ont été aimables avec moi.

En étant venue comme stagiaire et surtout en ayant aucune expérience dans le journalisme ; ma première semaine de stage a été une semaine d'observation. Pendant exactement une semaine, j'ai observé le fonctionnement du journal. J'ai également suivi un journaliste pendant cinq jours, du début jusqu'à la finalisation de son article. Cette étape a été très enrichissante car j'ai appris énormément dès la première semaine. Je commençais mon travail tous les jours à 9h00. Mon emploi du temps était très flexible car cela dépendait du travail à fournir.

Sur le plateau de la chaine cuatro television. Khady Ndoye

Quand je n'écrivais pas d'articles, je passais la plupart du temps à chercher sur internet les meilleures images qui pouvaient illustrer les différents articles. J'avais une autre responsabilité : créer la maquette d'une partie du journal (pages sportives). Lincoln (un autre stagiaire) et moi devions chaque jour créer une nouvelle configuration. Notre ligne directive a été de rester fidèle à la typographie du journal.

Finalement, le métier de maquettiste m'a plu même si cela s'est avéré plus dur qu'il n'y paraissait. Ce travail m'a demandé plus attention que celui de journaliste car l'apprentissage a été plus long. De plus, en un mois et demi il est difficile de savoir maîtriser le logiciel PAO.

Je dresse un bilan positif de ces deux mois d'expérience. Ce stage ne m'a apporté que des bonnes choses. J'ai pu découvrir la vie active et connaître ce qu'est réellement le travail dans un journal. Avec ce stage, j'ai appris à agir et réfléchir comme une professionnelle. Je note avec plaisir que j'ai naturellement adopté ce comportement professionnel au fil des jours. Et ce, parce que j'ai été agréablement accueillie, constamment soutenue et très bien formée par chaque équipe. Ils n'hésitaient pas à me guider lorsque j'avais besoin d'aide. Ils m'ont fait confiance et m'ont laissé autonome pendant les deux mois. Selon moi, ces deux éléments de base m'ont permis de faire un bon stage.

Ce stage a été riche en découvertes, il m'a apporté énormément de choses techniquement et humainement parlant. J'ai considérablement développé mon ouverture d'esprit. Au début j'avais du mal à m'ouvrir aux autres. C'était dur pour moi car je suis timide. Au fil du temps j'ai pris confiance, j'ai appris à m'ouvrir aux gens et échanger avec eux. Avec ce métier, on rencontre tous les jours des gens différents, de toutes les classes sociales, qui nous offrent de nouvelles visions sur le monde.

Outre mon ouverture d'esprit, j'ai pu développer quelques qualités qui étaient faibles, avant le stage :

  • La rigueur : je suis devenue plus méthodique dans mon travail et dans ma réflexion.
  • La gestion du temps : Avant cette expérience, je gérais très mal mon temps. Je suis quelqu'un qui travaille lentement. D'ailleurs lors des périodes d'examens j'ai toujours été la dernière dans la salle à rendre ma copie !! J'avais une très mauvaise gestion du temps et je ne cherchais pas à le modifier. Mais je me suis rendue compte que si on n'apprenait pas à gérer son temps en étant journaliste, on ne pouvait pas exercer ce métier.

Car être journaliste, surtout dans une presse écrite quotidienne régionale, c'est savoir travailler dans l'urgence, écrire sous la pression (même si je n'ai pas subi de pression), et se rendre disponible à tout moment. Pour résumer c'est savoir maîtriser de nombreuses tâches en un temps limité. En travaillant pour le Diario de Zapotlan, j'ai appris à organiser mon temps de manière utile et réfléchie. J'ai arrêté d'entamer les choses à la dernière minute et de faire constamment des pauses où de m'arrêter sur des détails futiles.

  • L'esprit d'équipe : Je suis quelqu'un de très solitaire qui préfère travailler seule. J'ai toujours eu du mal à travailler en groupe. Et lors de cette expérience, j'ai appris à travailler en groupe, à partager des idées et à demander conseil. Je n'ai pas hésité à suivre les autres journalistes dans leur travail pour observer leurs techniques (notamment pendant la semaine d'observation). Et c'est grâce à l'esprit d'équipe de mes collègues que j'ai pu développer le mien et progresser. J'ai à présent plus de facilité à travailler en groupe.
  • La créativité : J'ai également développé mon esprit créatif, car construire un article demande une certaine créativité : pour trouver un titre original, si possible avec un jeu de mot, pour construire une phrase d'accroche et une chute frappante et pertinente.
  • La capacité d'écoute : J'ai su être à l'écoute des différentes personnes dans le journal. J'ai pris en compte tous les conseils que l'on me donnait et les remarques que l'on me faisait. Et cette capacité d'écoute m'a bien aidé. C'est grâce à elle si j'ai pu progresser et pour ne plus refaire les mêmes erreurs.

Au terme de ce stage, j'ai eu la satisfaction d'avoir écrit des articles appréciés par la rédaction du Diario de Zapotlan. Mais plus que cette satisfaction, j'ai eu le plaisir de travailler dans un domaine que je ne connaissais pas auparavant et qui me passionne à présent.

En effet, ce stage m'a permis d'approfondir mes connaissances en espagnol et en informatique (grâce à la PAO) mais aussi d'acquérir une expérience extrêmement valorisante d'un point vue de personnel. L'intérêt de ce stage par rapport aux études m'a permis de coordonner et de développer de nouvelles connaissances désormais acquises.

Aujourd'hui il est toujours difficile pour moi de prendre conscience et de réaliser que j'ai effectué un stage en journalisme au Mexique. Je pense qu'en France il aurait été beaucoup plus difficile de trouver son équivalence.

Partir avec Projects Abroad, c'est non seulement aider les autres mais c'est aussi vivre une expérience inoubliable.

Khady Ndoye

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲