Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Droits de l'Homme & droit, Ghana par Stelly Tchana

Stelly Tchana - Ghana

« J'ai été extrêmement ravie de la présence à la fois physique et chaleureuse de toute l'équipe de Projects Abroad dès mon arrivée. Leurs attitudes reflétaient bien sûr celle de tous les Ghanéens que j'ai pu rencontrer au British Council, lors de mes différentes excursions ou encore dans ma famille d'accueil avec qui je suis d'ailleurs restée en contact par email, car j'ai eu la chance d'être hébergée chez une Reine !! »

Tout d'abord, ce que je peux affirmer sur mon voyage, c'est qu'il en valait vraiment la peine et sur bien des points.
Etant partie après une année de prépa littéraire, je voulais avoir un premier contact avec le monde juridique et envisageant de travailler plus tard dans l'humanitaire, travailler au British Council au sein du département droit de l'homme me paraissait être ce qu'il me fallait.

Plages ghanéennes - Photo Stelly Tchana

Et je ne me suis pas trompée ! Malgré mon manque d'expérience en matière juridique et mon niveau d'anglais plutôt moyen, je me suis vue attribuer des tâches très intéressantes.
J'ai aidé l'avocat que j'assistais pour la rédaction d'un article sur le problème de corruption dans la police et j'ai pu moi aussi écrire un article sur le travail des enfants des rues, thème qui à cause de ce que je voyais chaque jour sur le chemin du travail, me tenait vraiment à cour.

Et je ne vous parle pas non plus des différents workshops et conférences auxquels j'ai pu participer et qui m'ont permis de voir à quel point l'Afrique est un continent rempli de gens plein d'espoir et de potentiel pour leurs avenirs. C'est ce que j'ai pu ressentir lors du workshop sur la différence entre l'application et l'existence d'un droit d'héritage pour les femmes en Afrique. Je crois que c'est lors de cette conférence que j'ai eu la confirmation de mon futur engagement dans le secteur des droits de l'homme, en voyant toutes ces femmes venant de différents pays africains partager leurs expériences et surtout émettre des souhaits pour l'avenir de leurs filles.

Au niveau personnel, ce séjour m'a permis de me découvrir, dans un environnement différent de mon quotidien et cette découverte a été d'autant plus facile et moins douloureuse grâce à mes copines de chambrée avec qui je suis resté très liée, même après mon retour en France.

Le Ghana étant un pays très chaleureux et sûr, on a pu beaucoup voyager et découvrir de merveilleux endroits. Par exemple, lors d'un après-midi où pour nous rendre dans un parc animalier, nous avons marché pendant 5 kilomètres, traversant différents paisibles petits villages dans lesquels, à chaque fois, les gens s'empressaient de venir nous saluer et de nous proposer à boire.

L'une des particularités de l'équipe de Projects Abroad au Ghana, c'est l'organisation de soirées tous les mardis où l'on se retrouve pour faire des quiz (une spécialité anglaise !!), sous forme d'équipes avec un maître du jeu. C'est un moment de la semaine que tous les volontaires attendent impatiemment car c'est le moment où l'on se retrouve tous, pour parler de la semaine passée, de nos voyages... Il y eut aussi la grande soirée à Cape Coast chez Mircea qui rassembla tous les volontaires présents au Ghana et ce qui fut vraiment impressionnant et aussi une preuve du sérieux de l'équipe sur place, fut de voir que Mircea nous connaissait tous par nos prénoms alors que nous étions peut être plus de 150 !!

Pour tout vous dire, le retour fut plus difficile que l'arrivée, car n'étant restée qu'un mois j'aurais voulu rester plus longtemps comme la plupart des volontaires là-bas, qui pour beaucoup rallongèrent leurs séjours d'au moins un mois.
Si j'ai quelques conseils à donner c'est de surtout ne pas hésiter, même à cause du prix, car il est facile de financer son séjour. J'ai par exemple reçu une aide financière du Conseil Général des Hauts de Seine, mais je pense qu'il est aussi possible d'obtenir l'aide du Crous, pour les boursiers ou bien de se faire subventionner par une entreprise en échange de quelques photos par exemple. La vie n'étant vraiment pas chère là-bas, 260 euros d'argent de poche m'ont largement suffit pour 1 mois pour mes cadeaux, sorties et autres dépenses.
Et vous verrez, après votre départ vous n'aurez qu'une envie, repartir au Ghana !
En conclusion, je peux dire que ce stage a été à la fois une expérience que j'ai vécu seule mais aussi en commun et je crois vraiment que c'est cela qui en fait toute sa richesse.

Stelly Tchana

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲