Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Culture & Communauté - Humanitaire & Communautaire, Vietnam par Hélène Begard

Artisanat développement économique Asie

Début septembre 2013, je me décide à contacter Projects Abroad pour obtenir des informations avant de valider mon inscription pour un projet Culture et Communauté aux Fidji prévu début novembre. Après avoir été conseillé par le bureau français sur les différents projets existants et surtout en fonction de mes attentes, il m'est apparu évident qu'un autre projet répondait parfaitement à ce que je recherchais : Culture et Communauté et artisanat rural à Mai Chau, au Vietnam.

Début octobre, je valide mon inscription à ce projet pour un départ un mois plus tard. Ce délai très court a permis aux équipes de Projects Abroad en France et au Vietnam de montrer leur professionnalisme et leur réactivité. Malgré toutes les démarches administratives obligatoires et le décalage horaire ralentissant nos échanges, le délai a été parfaitement tenu.

Cours d-anglais au vietnam

En arrivant à l'aéroport d'Hanoï, un taxi m'attendait comme prévu avec mon nom sur une pancarte; détail qui a son importance après plusieurs heures de voyage et une pointe d'anxiété ! Durant cette première journée, j'ai fait connaissance avec l'équipe Projects Abroad du Vietnam et avec Hoa, volontaire vietnamienne qui allait m'accompagner dans mon village en tant que traductrice anglais-vietnamien. J'ai passé ma première journée sur Hanoï et ma première nuit à la maison des volontaires où tous venaient de divers horizons, entre 18 et 60 ans, avec un point commun : celui de donner un peu de soi dans ce beau pays.

Départ à 6h30 le lendemain matin avec Hoa et Duong pour 4 heures de bus local afin de rejoindre Mai Chau, dans les montagnes. Le temps s'arrête, tu observes, tu admires, tu contemples... tout, les paysages, les gens et tu trouves tout magnifique. Pour ma part, je découvrais le Vietnam mais aussi l'Asie. A la sortie du bus, nous cherchions un taxi, mais n'oublions pas que Mai Chau est un village et que les taxis ne courent pas les rues. Par contre, tous les propriétaires de scooters ou petites motos s'improvisent taxis. Nous voilà alors avec Hoa sur le même scooter, donc à trois avec le chauffeur! Et sans casque! La découverte pouvait réellement commencer!

Création artisanale

Nous arrivons chez ma tutrice Mrs Thuan, où nous sommes accueillies par toute la famille. Je découvre avec Hoa notre chambre, cette jolie pièce sur pilotis, faite en bambous, accessible par un escalier très raide en bas duquel tout le monde se déchausse. Notre chambre est en réalité une grande pièce vide avec un matelas de 3 cm pour chacune de nous.

Je me suis tout de suite sentie à l'aise dans cet environnement calme, paisible, rythmé par la vie des voisins et des animaux en liberté, les poules, les coqs, les vaches, les buffles... J'ai été très touchée par le sourire accueillant de tous les habitants. Ils viennent vous voir et vous abordent avec leurs quelques mots d'anglais. Ils sont curieux de savoir d'où vous venez et pourquoi vous êtes là. Évidemment, la communication se fait surtout par le regard et les gestes dans un premier temps car il ne faut pas oublier que les habitants de Mai Chau font partie de la minorité éthnique Thaï et que même s'ils parlent vietnamien, ils utilisent quotidiennement leur propre langue que même ma traductrice venant d'Hanoï ne comprenait pas.

Découverte culturelle au Vietnam, Asie

Durant mes 10 jours réels sur place, j'ai pu découvrir les alentours en faisant des balades à pied ou à vélo, découvrir cette belle région de montagnes et ses grandes rizières, de vraies cartes postales : les locaux portant leur chapeau traditionnel conique, dans les champs ou en train de pousser une charrue, les vendeurs ambulants de poissons, pain, légumes, qui viennent à vélo dans le village.

La partie la plus enrichissante de mon voyage est bien sûr ce pour quoi je suis venue dans ce village : le partage de savoir-faire avec les jeunes filles du THSPC, le Centre de Protection Social créé par Mrs Thuan, ma tutrice. Elle a créé ce centre pour soutenir des jeunes filles porteuses d'un handicap, le plus souvent physique, en leur permettant de devenir autonomes financièrement grâce à l'artisanat local. Elle leur apprend les techniques de broderie, de tissage traditionnel et de couture. Elle a créé avec l'aide de sa famille et à proximité de chez elle un lieu où ces jeunes filles sont logées, un atelier où elles confectionnent tous leurs produits à la main et un stand où elles exposent ces produits. Elle les rend autonomes et responsables en leur confiant d'autres missions telles que la gestion des matières premières, la comptabilité, la représentation de leur marque Hoa Ban + (Hoa est la fleur emblématique de leur région montagneuse) lors de salons destinés à se faire connaître dans l'ensemble du Vietnam.

Hélène en mission artisanat au Vietnam

Mon rôle au sein du THSPC était d'apporter mes compétences acquises en France comme l'anglais et tout ce qui est lié au commerce de détail. J'ai ainsi retravaillé l'agencement du stand pour le rendre plus attractif et plus vendeur. Il est fréquent de rencontrer quelques touristes à Mai Chau car ce village est atypique par ses maisons sur pilotis et attire souvent les touristes vietnamiens comme étrangers lors de circuit où on leur propose de venir passer une nuit dans un cadre assez rudimentaire et original. J'accueillais ainsi ces touristes, leur expliquais le rôle et l'organisation du centre, leur faisais visiter l'atelier et leur proposais ensuite les produits. Les ventes sont leur seule source de revenu qu'elles utilisent pour leur nourriture et qu'elles envoient à leur famille souvent défavorisée. En achetant un produit fabriqué par leurs mains agiles, c'est aussi une bonne action que nous faisons. Le travail manuel représente de longues heures de travail avant d'obtenir un produit fini. Les prix que le centre pratique sont très faibles et très loin des prix que nous avons en Europe.

Hien, femme faisant de l'artisanat

Par exemple, pour confectionner un sac, Quien, qui ne brode qu'avec un seul bras, l'autre étant paralysé, passe une journée de 9 heures à broder l'empiècement en forme de losange. Hien passe ensuite une autre journée pour réaliser le sac.

Tous les soirs, de 19h à 21h, je donnais à quelques unes des filles des cours d'anglais basiques. Je n'ai pas eu l'occasion de leur donner des cours d'informatique pour les aider à la gestion de leur activité car le seul ordinateur était cassé depuis plusieurs mois.

J'ai également travaillé avec les filles sur la création d'un modèle de portefeuille, en dessinant le patron et en l’adaptant aux impératifs techniques pour sa réalisation. L’équipe devait travailler dur pendant mon séjour là-bas car il y avait une commande importante à préparer pour un client vietnamien. Malgré cela, Hien, une formidable et très touchante jeune fille de 18 ans avec qui j’ai partagé beaucoup de bons moments, a absolument tenu à terminer le premier portefeuille la veille au soir de mon départ.

Immersion dans un village vietnamien

Durant ma mission, j'ai pu aider l'équipe à la broderie, à la découpe de tissus, au dessin à partir de modèle, à la couture à la main... autant de tâches manuelles nécessaires à la conception de leurs produits artisanaux.

J'ai participé à la vie quotidienne de ma famille d'accueil, une vie dans un village, loin de la société de consommation, rythmée par les quelques touristes de passage. J'ai pu apprendre quelques techniques de cuisine vietnamienne. J'en profite pour préciser à tous les amoureux de la table que le mari de Mrs Thuan est un fin cuisinier et que j'ai absolument adoré découvrir l'ampleur de la cuisine vietnamienne, à chaque repas. Y compris les quelques spécialités locales très originales pour nous européens dont je préfère taire le nom et laisser la surprise aux plus curieux.

Partager la vie locale au Vietnam

Enfin, quelle chance d'avoir été invitée par Mrs Thuan au mariage de son fils. Ce fut à nouveau l'occasion de découvrir les traditions et rien de mieux qu'une immersion totale dans une communauté.

De ce voyage, je peux dire qu'il a été magnifique, enrichissant, très touchant et qu'il m'a apporté un autre regard sur la vie et sur mon quotidien. Les Vietnamiens ont sur leur visage un sourire vrai, profond. Et quand on vit avec ces jeunes filles qui ont chacune leur handicap, qu'on les voit travailler tous les jours y compris le week-end, non-stop du matin au soir, et surtout avec de l'enthousiasme et un sourire radieux sur les lèvres, j'ai pu relativiser ma vie dont je me plains trop souvent.

Volontaire bénévole en appui à une association locale

Je parle peu de la barrière de la langue, parce qu'en réalité, elle n'en est pas une. Pour être honnête, mon anglais était très basique et j'étais un peu anxieuse de mon adaptation. Finalement, je m'en suis sortie comme j'ai pu et les gens sont toujours très conciliants. Je peux dire qu'après ces deux semaines, j'ai même progressé.

Quant aux échanges avec les villageois, ils ont été très forts, sûrement parce qu'on est beaucoup plus sensible à la communication lorsqu'elle ne repose que sur des regards, des gestes. Je garde en mémoire des heures passées face à Hien, travaillant à la machine à coudre ; je l'observais et partageais avec elle beaucoup de sourires, de complicité, de partage sur le travail qu'elle réalisait... une communication simple.

Mon départ du village m'a affecté. J'ai vécu avec tous des instants qui m'ont beaucoup touchée et beaucoup apportée, qui m'ont enrichie émotionnellement, culturellement. Par cette expérience, j'ai franchi bon nombre de barrières que je m'étais construites et j'en ressors libérée.

Volontariat dans un village vietnamien

Ce voyage est fait pour tous ceux qui ont envie de découvrir une culture, un mode de vie différent du leur, une approche de la vie autre, dans des conditions de vie simples, loin des codes de notre société de consommation. Ce voyage est aussi fait pour les amoureux de l'artisanat, des travaux manuels, du design, ceux qui ont une sensibilité produit, aux commerçants dans l’âme, aux entrepreneurs...

A tous ceux qui se demandent aussi : Qu'est-ce que je peux apporter, moi, en tant que volontaire ? Je répondrai que ma venue à Mai Chau n'a pas changé la vie des villageois ni des jeunes filles que j'étais venue soutenir. D'ailleurs, je pense que ma venue a plus impacté ma propre vie que la leur. Je sais simplement que ma présence à leur côté a égayé leur quotidien et qu'elles étaient toutes ravies de partager de bons moments avec moi. Et ça me réjouit.

Une expérience incroyablement riche qui vous marque à jamais.

Hélène Begard

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲