Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Archéologie - Archéologie Wari & Inca, Pérou par Marie-Françoise Guiset

Marie-Françoise Guiset Marie-Françoise Guiset Marie-Françoise Guiset Marie-Françoise Guiset

Mon voyage au Pérou a été la plus belle et la plus enrichissante expérience qui m'ait été donné de vivre. Tout a commencé durant l'année 2011, je venais de rentrer à la fac en tant qu'étudiante en histoire. Voyant que tout se passait bien, je me suis dit que je pouvais me lancer dans un projet, mais lequel? J'ai toujours adoré le dépaysement, du coup j'ai décidé de partir à l'étranger.

Après de nombreuses heures de recherche, je suis tombée sur le site de Projects Abroad. Et là, je me suis dit que j'avais trouvé exactement ce qu'il me fallait. Un organisme avec lequel on peut partir loin, et avec la possibilité de choisir le domaine du projet. Passionnée par l'histoire, l'archéologie était une évidence. La présentation du Projet Inca m'a confortée dans mon choix.

Ce qui m'a beaucoup plu, c'est la présence des membres de l'organisme. C'était la première fois que je partais seule, et aussi loin, donc le fait d'être entourée était, pour moi, rassurant. En effet, il me fut très facile de rentrer en contact avec Projects Abroad, pour poser des questions (et j'en avais un paquet), recevoir les informations nécessaires pour préparer correctement mon voyage, bref on est vraiment très bien suivi. De l'inscription au projet, jusqu'au retour en France!

J'ai quitté la France direction le Pérou, le vendredi 6 juillet 2012. Après 12 heures d'avion jusque Lima, une nuit là-bas et le trajet Lima-Cuzco, je suis arrivée à l'aéroport le samedi. Un membre de Projects Abroad m'attendait et autant dire que quand on arrive dans un pays inconnu, on est content, vraiment content qu'il y ait quelqu'un qui nous attende à notre arrivée. Il m'a emmené dans une petite maison d'hôtes située juste à côté de l'aéroport. Sur place, j'y ai rencontré Karine une volontaire française qui était arrivée quelques heures avant moi seulement. Puis 1heure ou 2heures après moi, Jennifer, une volontaire italienne. Nous avons fait connaissance et nous en avons profité pour visiter ensemble une petite partie de Cuzco le restant de la journée.

Le lendemain, sont arrivés tous les autres volontaires « restants ». Et c'est le dimanche après-midi que Dan, notre superviseur du projet, est venu nous chercher pour nous amener à Huyro. Après 5 heures de combi, (les combis sont des petits vans que l'on trouve partout! Avec le bus et les taxis ce sont les principaux moyens de transport au Pérou), nous sommes enfin arrivés à l'Establo, notre lieu de résidence. Dan nous a présenté le staff, Americo (notre chauffeur, régisseur), Isa sa femme (c'est elle qui nous faisait les bons repas) aidée de Pathie une habitante de Huyro, Zenovio et Jhon, les archéologues avec lesquels nous avons travaillé et beaucoup appris. Nous étions très bien entourés, si nous avions une question à poser, Dan était là, ou un problème quel qu'il soit, ils étaient tous présents pour nous.

Une semaine classique s'organisait de cette façon:

– les lundis, mardis et mercredis étaient consacrés aux fouilles. On pouvait défricher le site, reconstruire les murs effondrés, et bien sûr fouiller de façon à retrouver les céramiques. Les horaires: 9h/9h30 jusqu'à 16h30 car le soleil est fort en altitude.

– Le jeudi matin, nous travaillions à l'Establo de façon à améliorer le site. Nous avons coupé à la machette un champ de maïs, pour le replanter. Nous avons creusé des trous pour planter des bananiers. Pleins de petits travaux pour améliorer et cultiver un maximum de choses sur place.

L'après-midi, nous allions à la librairie de Huyro nous occuper des enfants qui y venaient. Nous les aidions à lire, écrire, jouer et discuter et même leur apprendre quelques notions d'anglais par la même occasion.

– Le vendredi, le matin était consacré au grand ménage de la maison. Et en général, nous partions l'après-midi pour passer le week-end sur Cuzco ou ailleurs pour visiter.

Une fois de retour de la journée de travail, nous allions à Huyro dans la boutique de Julio et son épouse, pour passer un moment de détente autour d'un verre ou d'une glace. Tous les soirs, après le repas, entre volontaires nous faisions des veillées autour du feu, à discuter, rigoler, raconter chacun notre tour nos vies. Quand on vient des 4 coins de la planète, c'est intéressant d'apprendre le mode de vie de chacun. On apprend à se connaître et les amitiés se créent.

Au cours de mes 2 mois de mission, j'ai connu d'autres français, des anglais, des américains, une australienne, un japonais, des suisses, des polonaises, une italienne, des hollandais, une canadienne, une belge, et une danoise! Les volontaires viennent de tous les horizons! Si j'ai des conseils à donner, c'est de venir l'esprit curieux, car on ne fait que découvrir, tous les jours nous apprenons. D'être posés, nous sommes tellement bien encadré et l'environnement est si dépaysant, qu'on n’a pas le temps de se prendre la tête! Il faut vivre, profiter, découvrir! Les liens que l'on crée avec ce pays et mêmes les volontaires sont forts. Partager un quotidien entre volontaires durant 2 mois, nous permet de vivre beaucoup de moments inoubliables, plein de joie et de complicité.

Cette expérience, ce voyage, les activités, les paysages, tout était magnifique! C'est un pays qui possède tellement de trésors, de richesses, de ressources et de sites encore non découverts! Les péruviens sont accueillants et chaleureux, la population est vraiment différente de la nôtre. Leur mode de vie, leurs coutumes, ce sont des personnes qui aiment discuter de tout en particulier de nous et de notre pays d'origine. Ils ont toujours le sourire aux lèvres et pour certains, souvent un mot pour rire!

Un détail qui a son importance, c'est de venir avec quelques notions d'anglais afin de communiquer un minimum avec le staff et les autres volontaires. Si vous venez avec du vocabulaire espagnol en plus c'est encore mieux. Ça sert lorsqu'on part en visite ou autre et qu'on a besoin de poser une question. Mais pas de panique, même avec un petit niveau en anglais ou espagnol, vous arriverez toujours à vous faire comprendre! Dans mon cas, j'ai remarqué l'évolution de mon niveau en anglais et en espagnol durant mon séjour!

Un tout petit point négatif: les MOUSTIQUES (ou mosquitoes en anglais, mosquitos en espagnol). J'ai acheté du « Force 5 » que l'on trouve en France dans nos pharmacies. Après cette expérience, je conseille de ne pas acheter nos anti-moustiques français car ils ne sont pas adaptés aux moustiques péruviens, qui eux, n'ont peur de rien! Je recommande de l'acheter sur place, un produit dans un tube vert, réellement efficace et à un prix dérisoire.

Je n'oublierai jamais cette aventure, c'était fabuleux, j'ai aimé chaque seconde passé là-bas. C'est une expérience unique, je recommande à tous de sauter le pas et de vivre ce que j'ai vécu car vous ne le regretterez pas! Voilà, j'espère que mon témoignage vous donne envie de vivre une expérience similaire! Si vous décidez de vous lancer, bon voyage!

Marie-Françoise Guiset

Retour à la liste des témoignages

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne
Haut de la page ▲