Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Missions Culture & Communauté en Jamaïque - Engagement communautaire ou Gestion des risques

Résumé

Une action communautaire ou une mission de gestion des risques plongent chacun à sa manière le volontaire au cœur d’une communauté jamaïcaine, lui permettant de s’intégrer à la vie locale et de partager le quotidien de ses habitants. Un projet communautaire entraine les volontaires auprès de la communauté traditionnelle de Marrons d’Accompong, qui a besoin de la présence des volontaires sur des projets sociaux et éducatifs, agricoles, ou encore touristiques. Enfin, la mission de gestion des risques permet aux volontaires de travailler auprès du coordinateur régional d’une agence gouvernementale visant à la gestion des impacts de catastrophes naturelles ou causées par l’homme.

Projet communautaire auprès des Marrons

La communauté d’Accompong en Jamaïque est une des communautés d’origine marron les plus traditionnelles. Les marrons sont les descendants d’esclaves qui se sont échappés du joug de leur maître au 18ème siècle. Le projet communautaire proposé ici s’adresse particulièrement à tout volontaire curieux de la culture marron et qui recherche une véritable immersion culturelle hors du commun. Située dans les collines de la paroisse Sainte Elizabeth, la communauté Marron a besoin de volontaires autant dans le domaine du social ou de l’éducatif – donner des cours d’anglais ou d’informatique, travailler à la bibliothèque – que pour des projets agricoles dans un jardin aromatique ou des cultures sous serre. La communauté dispose aussi d’une clinique ouverte périodiquement, et mène des projets touristiques.

Environ 580 personnes composent cette petite communauté au sud-ouest de l’île, dont beaucoup de foyers peuvent abriter 3 générations. Elle vit majoritairement des travaux agricoles qui emploient 90% des hommes. Les femmes sont en général mères au foyer; seules 20% d’entre elles tiennent des magasins ou travaillent dans l’agriculture. La communauté dispose de commodités de base, d’une école primaire et d'une école secondaire, ainsi que d’un centre de formation. Vous serez d’autant plus intégré à cette communauté que vous partagerez la vie d’une famille locale, et vous pourrez ainsi apporter votre aide dans les domaines qui vous touchent particulièrement.

Aider sur des projets sociaux ou éducatifs en Jamaïque

Immersion dans la communauté des Marrons en Jamaïque

Le manque de professeurs qualifiés, l’illettrisme et le faible niveau d’éducation font partie des problèmes qui touchent cette communauté à l’écart des mesures sociales du pays. L’aide à long terme passe par l’aide aux jeunes générations de cette communauté, qui représente son avenir. Les volontaires peuvent s’impliquer dans ce volet social de l’aide humanitaire à travers différentes actions :

  • Donner des cours d’informatique
  • Faire de l’alphabétisation auprès des adultes
  • Donner des cours d’anglais à l’école primaire et secondaire
  • Travailler à la bibliothèque et sur des programmes de lecture
  • Mettre en place une ère de jeux pour les enfants en bas âge

Les tâches ne manquent pas aux volontaires motivés pour aider cette communauté locale !

Participer aux projets agricoles dans les Caraïbes

L’exploitation agricole est la première source de revenus de la communauté. La main d’œuvre supplémentaire est donc la bienvenue dans ce domaine qui demande beaucoup de travail physique. Les volontaires peuvent ainsi aider sur des projets agricoles comme :

  • Aider à l’entretien du jardin d’herbes aromatiques
  • Travailler dans les projets de culture sous serre

Sauvegarder la culture Marron en Jamaïque par un tourisme solidaire

Cette petite communauté fait face à bon nombre de problèmes touchant généralement les communautés minoritaires, et risque ainsi de disparaître, emportant avec elle toute la culture Marron pourtant chargée d’histoire. Les volontaires peuvent aider à sa défense en rejoignant un des projets de préservation de la culture Marron.

Faire connaître cette culture peut aussi l’aider à la préserver : des projets de tourisme communautaire ont ainsi été mis en place, et les volontaires peuvent apporter leur aide sur l’élaboration d’un chemin de randonnée au cœur de cette région peu accessible de Jamaïque ou encore la visite de touristes dans la communauté.

Aider dans une clinique locale en Jamaïque.

La communauté bénéficie d’une petite clinique traitant les urgences et dispensant les premiers soins de base. Mais elle n’est ouverte le mardi qu’un mois sur deux. Si vous êtes médecin ou en étude de médecine ou de soins infirmiers, votre aide sera précieuse, tant dans la clinique lors de ses heures d’ouvertures, que lorsqu’elle est fermée. Savoir faire les premiers gestes de secourisme et dispenser des soins de base seront des compétences très appréciées et recherchées sur place.

Découvrir de l’intérieur la culture Marron : une rencontre inoubliable

Le terme de « Marron » a d’abord qualifié les esclaves ayant fuit la propriété de leur maître. Les « marrons », ou « nègres-marrons », autrefois fugitifs, désignent aujourd’hui les descendants de ces anciens esclaves. On trouve des communautés Marrons également au Surinam, au Brésil, en Guyane française, ou encore en Colombie. En Jamaïque, les Marrons ont combattu les britanniques au 18ème siècle et ont obtenu des terres sur lesquelles s’installer. Aujourd’hui, les communautés marrons reste très autonomes et bien distinctes du reste de la culture jamaïcaine, et se situent souvent dans des régions très reculées et très peu accessibles, inconnues des circuits touristiques. Quelques communautés marron sont aussi rastafari. Et le reggae porte particulièrement bien l’emblème de cette culture de rébellion.

Dans toute la Jamaïque, la communauté est perçue d’un bon œil, les Marrons étant respectés pour le combat qu’ils ont mené pour la liberté. Leur combat est d’ailleurs salué chaque année le 6 janvier, par une grande célébration communautaire relayée au niveau national et largement couverte médiatiquement.

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne

Climat

Source: Wikipedia
Haut de la page ▲