Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Cours de Wolof au Sénégal

Résumé

Cours de wolof au Sénégal

Le français est une langue officielle au Sénégal, faisant de ce pays une destination particulièrement accessible aux francophones. Mais tout volontaire arrivant à Saint-Louis (Ndar en wolof) se rend vite compte qu’il ne comprend pas forcément tout ce qui se dit, et pour cause : la langue la plus parlée au Sénégal est le Wolof. Parler Wolof, ou au moins avoir quelques notions, permet donc de mieux s’intégrer à la vie locale et communiquer plus facilement avec les enfants et les familles d’accueil.

Longtemps écrit avec l’alphabet arabe complété, le Wolof est maintenant écrit aussi avec l’alphabet latin, ce qui facilite son apprentissage. Il est aussi parlé en Gambie ainsi qu’en Mauritanie. Langue commune – avec quelques légères différences – à plusieurs ethnies et groupes du Sénégal, elle est comprise par plus de 95% de la population sénégalaise – alors que le français n’est parlé que par 25 à 30% seulement des Sénégalais.

Nous vous proposons trois formules de cours de Wolof, répartis en parallèle d’une mission ou d’un stage :

  • Formule de 14 heures
  • Formule de 30 heures
  • Formule de 60 heures (sur au moins 8 semaines de mission)

Des cours intensifs de Wolof peuvent être également organisés sur 2, 3 ou 4 semaines.

Rendez-vous à la page d’introduction générale sur les Cours de langues pour connaître le détail des différentes formules.

Apprendre la langue locale : le gage d’une immersion réussie

Le Wolof est la première langue apprise par les habitants de Saint-Louis, comme langue maternelle. Ils commencent ensuite à apprendre le français, en général lorsqu’ils vont à l’école. Ce qui signifie donc que les enfants en bas âge, ou encore les enfants défavorisés n’ayant pas la chance d’aller à l’école, ne parlent pas le français.

Les volontaires en mission humanitaire, ou en mission droits de l’homme, en stage de journalisme ou de médecine seront donc d’autant plus en mesure d’aider les enfants, les personnes malades ou défavorisées qu’ils sauront communiquer avec eux en wolof.

Par ailleurs, les Saint-Louisiens seront ravis de constater les efforts que font les volontaires pour apprendre leur langue, véhicule de leur culture et de leurs valeurs.

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne

Climat

Source: Wikipedia
Haut de la page ▲