Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Ecovolontariat Afrique du Sud : protéger l'environnement en mangeant

Ecovolontaires travaillant dans le jardin Des écovolontaires préparent la récolte dans le jardin du projet

L'équipe de notre projet Ecovolontariat en Afrique du Sud a introduit un jour sans viande dans le menu hebdomadaire de la réserve Kwa Tuli. Le « Meat Free Monday » (Lundi Sans Viande) veut faire prendre conscience aux écovolontaires de l'impact de la consommation de viande dans leur pays d'origine sur la nature et la vie des populations dans leur pays d'action.

La consommation de viande, surtout de viande rouge, telle qu'elle est pratiquée en Europe ou en Amérique du Nord a un fort impact sur l'environnement et serait dévastatrice pour la planète si elle était adoptée de la sorte dans les pays en voie de développement.

Déforestation

Selon un rapport de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), la production de viande est gourmande en terre et en eau. Près de 70% des terres arables sont consacrées à l'élevage, qui engloutit également environ 9% des ressources en eau douce consommées chaque année. L'élevage favorise également la déforestation, du fait du manque de pâturages et du besoin de cultures fourragères pour nourrir les bêtes. Le rapport de la FAO souligne ainsi qu'en Amérique du Sud, 70% des terres autrefois boisées, en bonne partie dans la jungle amazonienne, sont aujourd'hui consacrées à l'élevage.

Contribution au réchauffement climatique

L'élevage bovin a également un impact important sur les émissions de plusieurs gaz à effet de serre. A l'échelle mondiale, la conversion de terres en pâturages est responsable de 9% des émissions mondiales de CO2. Les éructations du bétail produisent également 37% des émissions mondiales de méthane, un gaz dont le potentiel de réchauffement global est 23 fois supérieur à celui du CO2. Enfin, le stockage et l'épandage de fumier sont également à l'origine de 65% des émissions d'oxyde nitreux, considéré comme le gaz à effet de serre le plus puissant. Or, le réchauffement de la planète favorise déjà aujourd'hui des sécheresses et des famines, y compris en Afrique du Sud.

Ajoutez à cela les conséquences sociales lorsque des petits agriculteurs sont chassés de leurs terres pour céder leurs places aux élevages industrielles, ou l'impact directs de pesticides et d'engrais chimiques sur la santé des travailleurs agricoles et la nappe phréatique, et vous comprendrez pourquoi il est urgent d'agir.

Helena Fitchat, directrice du projet Ecovolontariat : « Notre cuistot, qui prépare tous les repas délicieux pour nos volontaires, est très heureuse de pouvoir cuisiner végétarien une fois par semaine. Elle prépare par exemple des pizzas ou des lasagnes (cuites aux braises du feu de camp), ou un curry aux fèves et une salade croquante. De plus, nous essayons d'acheter des produits locaux, surtout des fruits et légumes, en attendant la première récolte de notre propre jardin. »

Projects Abroad étudie maintenant l'introduction de cette journée sans viande dans d'autres projets où nous pouvons directement influencer le régime alimentaire de nos volontaires.

Retour à la liste des actualités

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne

S'abonner au Flux RSS

Projects Abroad Actualités
Haut de la page ▲