Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

Une ancienne volontaire monte une bibliothèque au Sri Lanka

Sylvie Bousselet poursuit son engagement après une mission au Sri Lanka. Elle nous raconte son projet.

Avant :
Deux ans et demi auparavant, en octobre-novembre 2007, j'ai entrepris mon premier projet humanitaire avec Projects Abroad. Le 15 octobre, arrivant pour la première fois à Colombo, j'ai commencé à travailler dans un village les jours suivants, le matin dans une école dite « Montessori » avec des enfants âgés de 3 à 5 ans et l'après-midi, dans un orphelinat du Temple de Jagadallah avec 36 garçons âgés de 6 à 18 ans (cours d'anglais, activités artistiques et sportives). Ce fut un grand défi pour moi et en même temps une très grande expérience que je n'oublierai jamais. Ce fût sans aucun doute formateur.

Sylvie Bousselet

Puis, comme j'avais pris une année sabbatique, je suis allée au Cambodge pour un projet avec des orphelins à Phnom Penh et au Pérou pour travailler dans une école maternelle.

Le temps s'écoulait, mais je pensais toujours aux 36 garçons que j'avais rencontrés au Sri Lanka. J'étais vraiment fière d'eux ; ils cuisinaient, entretenaient leur dortoir et les locaux, lavaient leurs vêtements – sans oublier qu'au Sri Lanka ils vont à l'école avec des vêtements blancs et ces derniers restent toujours blancs, même quand il pleut (c'est magique ! ... demandez-leur comment ils font…) – mais également effectuaient des réparations dans le bâtiment, jardinaient, etc. Ils vivaient en toute simplicité, ne disposant d'aucun bien.

Sylvie Bousselet

Je voulais retourner au Sri Lanka leur rendre visite ainsi qu'à ma famille d'accueil. Néanmoins j'estimais qu'il était important, en dehors du fait d'avoir le plaisir de les revoir, d'avoir un objectif pour y aller, je voulais faire quelque chose d'utile pour eux.

Après :
En 2010, dès le début de l'année, le temps était venu d'annoncer mon petit projet au bureau de Projects Abroad de Colombo ; il était important pour moi de les informer et d'obtenir leur aval pour poursuivre mon but. Gishan m'a encouragée aussitôt que je l'aie informé. Donc, en février j'ai lancé l'organisation de mon voyage et comme j'avais une amie irlandaise vivant en France, je lui ai soumis mon idée de lancer une petite bibliothèque pour les « garçons ». Je lui ai demandé si elle, ou ses amis anglophones, possédaient et pourraient faire un don de quelques livres d'occasion en anglais. Elle a adhéré de suite à l'idée et a lancé de suite une alerte mail auprès d'un groupe d'amis ; huit jours plus tard, son mari recueillait plus de 60kg de livres anglais ! Incroyable ! Ensuite, j'ai eu la chance qu'une personne de Chambéry vienne à Paris (600km) avec tous les livres que je devais recueillir à un point de rencontre. Etant donné que j'étais limitée à 30 kilos de bagages par la compagnie Sri-lankaise, j'ai sélectionné une centaine de beaux livres illustrés, d'ouvrages de connaissances générales, dictionnaires imagés et atlas. Ce fut un réel moment de plaisir : les livres étaient éparpillés partout sur le sol et la table de la maison ! Enfin, ma valise était remplie d'une très belle collection de livres, y compris ceux que ma collègue Fiona m'avait donnés spontanément dès que je lui avais confié mon idée. Je suis partie le vendredi 19 mars avec cette lourde valise, par 12 ° à Paris, et suis arrivée le lendemain à Colombo, avec 37 ° à l'aéroport ! Waouhh... Mais heureuse d'être ici à nouveau.

Sylvie Bousselet

J'ai passé le week-end à m'acclimater et le lundi, afin de respecter mon programme initial, je suis allée dans une librairie pour acheter des livres en cingalais car il était important que ces enfants puissent lire dans leur langue maternelle. Lorsque j'ai expliqué à la vendeuse ce que je cherchais, elle a mis tout en œuvre ainsi que ses collègues pour trouver exactement ce que j'étais venu chercher ! C'était un esprit d'équipe dans la joie absolue ! Enfin, j'ai choisi 65 ouvrages de référence sur le Sri Lanka et le monde, des atlas, des dictionnaires anglais-cinghalais dont un comprenant des images pour les petits garçons, et quelques albums ou livres de lecture pour les adolescents. Avec cette nouvelle collection et ma valise remplie de 100 livres en anglais, j'étais devenue une bibliothèque ambulante !

Le mardi matin, Charley et Shyamalee sont venus me chercher à l'hôtel, puis j'ai rencontré toute l'équipe dans leurs nouveaux bureaux avant de prendre la route pour l'orphelinat avec Charley et Elise qui m'ont bien aidée. Ce fut un plaisir de faire le voyage en leur compagnie, nous avions tellement de choses à nous raconter. Puis, quand nous sommes arrivés là-bas, j'ai reconnu quelques garçons (l'équipe m'expliqua que certains avaient quitté l'orphelinat et d'autres étaient nouveaux). Quand j'ai vu leur surprise de me revoir, il était évident que les moines ne les avaient pas informés de ma visite.

Sylvie Bousselet

Lorsque nous avons montré tous les livres au Moine Supérieur, ce dernier m'a dit qu'il souhaitait mettre un cachet dans chaque livre. J'ai dit qu'il serait bien d'acheter (à ma charge) une bibliothèque pour exposer les livres que je donnais. Il a accepté et m'a demandé de revenir dans l'après-midi, entre 16 et 17 heures, pour organiser le don. Entre temps, j'ai retrouvé ma famille d'accueil et ce fut un moment très agréable et touchant. A 16 heures, je retournais donc, accompagnée de Dinesha (membre de cette petite famille et avec qui j'avais travaillé au Montessori en 2007. Malheureusement, l'école ayant fermé, elle n'a toujours pas retrouvé de travail). Un jeune moine nous a accueillis et, après un moment, nous a dit qu'il n'avait pas le temps de trouver une bibliothèque donc je devais revenir le lendemain à la même heure. J'étais un peu déçue et décidais de passer un peu de temps à discuter avec les garçons. Je leur demandais où étaient le ballon et le filet de volley-ball (comme je savais qu'ils y jouaient avec plaisir et étaient très doués d'ailleurs). Ils me répondirent «no balloon »... Je leur dis que je leur en apporterais un le lendemain ! Le sourire s'est affiché de suite sur leurs visages, et le lendemain, comme promis, j'avais un ballon et un filet de volley-ball ainsi que des ballons à gonfler pour les petits garçons. A nouveau, le jeune moine me dit qu'il n'avait toujours pas de bibliothèque et que je devais revenir. J'étais vraiment contrariée. J'ai rassemblé les garçons pour leur offrir ce que je leur avais promis. Ils étaient si heureux qu'ils accrochèrent le filet et jouèrent immédiatement. C'était si bon de les voir s'amuser ensemble. Au bout de 15 minutes, ils ont voulu organiser un match et m'ont demandé de compter les points.

Comme je ne voulais pas reporter le don des livres destinés aux garçons, j'ai eu soudainement une idée : j'ai demandé au mari de Dinesha (Sunanda) de fabriquer la bibliothèque ! Etant donné qu'il était sans travail, il se sentit subitement heureux de faire quelque chose d'utile ; cela me réjouit ainsi que Dinesha, sa femme. J'ai dessiné le modèle, noté les dimensions puis lui ai donné de l'argent pour les fournitures ainsi que son salaire ; après quelques jours de voyage, je suis revenue comme prévu le 1er avril à l'orphelinat pour finaliser le projet. Il me restait une dernière étape : mettre le cachet à l'intérieur des 165 livres !! Super ! «Bibliothèque Methsisila offerte par Sylvie Bousselet et ses amis de France». Avec l'aide de Dinesha, Sunanda, (et la petite nièce Thanuli, âgée d'un an et demi, si calme et patiente), nous avons formé une équipe et terminé le travail. Après cela, nous avons classé les livres sur les étagères par thèmes et avons séparé les livres cinghalais côté gauche, et les livres anglais côté droit ; puis, sur l'étagère du bas, j'ai mis à disposition du papier blanc, de la peinture, des crayons de couleurs et des stylos que j'avais acquis à Colombo. Dinesha avait créé de jolies étiquettes dans les deux langues avec le proverbe indien auquel je tenais beaucoup tant je l'apprécie et le trouve juste et souhaitais le partager avec les garçons: «Un livre fermé est un ami qui t'attend, un livre ouvert est un ami qui t'apprend».

Sylvie Bousselet

Le projet s'est enfin réalisé. Je suis heureuse de donner la possibilité à ces garçons de pouvoir voyager à travers la lecture ou imaginer un monde grâce aux images de ces pages illustrées. Il est si important d'apprendre dans la vie, mais aussi de créer son propre monde. Il s'agit d'une petite bibliothèque, mais comme je l'ai écrit à Gishan avant de la lancer: «Ce sera comme un jardin où chacun peut planter sa propre graine ». Ainsi, j'espère que dans le futur tous les volontaires apporteront un ou deux livres dans leurs bagages, pour un orphelinat ou tout autre lieu où les enfants vivent… Et le jardin deviendra grand !

Sylvie Bousselet

Sylvie a fait un don de l'équivalent de 26100 roupies sri lankaises en tout (livres, bibliothèque, salaire du fabriquant de la bibliothèque, ballons et filet de volley, feutres, et matériel divers), soit environ 170€. Projects Abroad et l'orphelinat au Sri Lanka remercient et saluent son initiative, ainsi que les dons et le soutien de ses proches (Dominique, Anne-Marie, Frank, Sophie). Un grand Bravo pour ce projet !

Retour à la liste des actualités

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne

S'abonner au Flux RSS

Projects Abroad Actualités
Haut de la page ▲