Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.

You are from: United States, Go to our American website.

aide humanitaire
Appelez-nous au :
+33 (0)476­ 57 18 19
info@projects-abroad.fr
aide humanitaire

De nouvelles espèces identifiées dans notre réserve de Taricaya – Pérou – Août 2010

MonkeyPrès de 9 ans après la mise en place du centre de recherches de Taricaya, cela devenait de plus en plus difficile de découvrir de nouvelles espèces au sein de la réserve mais ce mois-ci nous avons eu la visite de deux amis venus nous aider dans nos recherches sur la biodiversité.

César Medina, diplômé de l'université d'Arequipa rattachée au deuxième plus grand musée d'histoires naturelles du Pérou, nous a rejoints en juillet pour réaliser les toutes premières recherches sur des petits mammifères de la réserve. César est spécialisé en rongeurs et marsupiaux et grâce à l'aide de différents systèmes de pièges mis en place, il a pu inventorier ces petits animaux habituellement insaisissables.
Les volontaires ont rapidement été conquis par son enthousiasme. Nous avons installé et contrôlé les pièges pendant toute la durée de son séjour avec nous. Le projet s'appuie sur quatre types de pièges dont chaque système est conçu pour capturer différentes espèces de mammifères. Les quatre pièges se sont avérés être des réussites ! Et non des moindres, les pièges de type « Tomahawk » ont attrapé non seulement des marsupiaux et des rongeurs mais aussi un singe tamarin à selle (saguinus fusicollis).

Southern Amazon Red SquirrelAu total, 15 espèces d'animaux ont été capturées afin d'être étudiées et 12 d'entre elles étaient nouvelles à Taricaya. Certaines doivent toujours être classifiées en sous-espèces car de nombreux opossums et rongeurs sont difficiles à identifier et nécessitent des mesures approfondies de leur crâne pour les différencier des espèces du même genre. Cependant, de nouvelles espèces importantes ont été découvertes : un opossum mince (espèce des marmosops), un opossum de Virginie (espèce des monodelphis), une souris pygmée (espèce des oligoryzomys) et un rat arboricole (espèce des mesomys). César continuera ses recherches à son retour au musée et enverra la liste complète des espèces étudiées. Quand il aura mis à jour cette version, nous aurons près de 65 espèces de mammifères recensées sans compter les chauves-souris.

Notre deuxième intervenant, Hugo Zamorra, diplômé de l'Université d'Arequipa, est venu installer ses filets pour attraper des chauves-souris. Avec Hugo et César travaillant en parallèle, nous avons eu des personnes quasiment jour et nuit dans la réserve mais avec les 34 espèces de chauves-souris déjà recensées, la tâche d'Hugo s'avérait un peu plus compliquée ! Cependant, il était prêt à relever le défi bien que la saison sèche soit une période difficile pour attraper les chauves-souris car leur densité baisse à cause de la nourriture de moins en moins disponible. Ceci engendre des migrations saisonnières vers la forêt. Hugo a attrapé de nombreux individus pendant les deux semaines passées avec nous, dont la dernière nuit la plus spectaculaire ! Il a capturé 20 chauves-souris : une première pour lui et un bonus énorme pour Taricaya car il y avait parmi celles-ci quatre chauves-souris pêcheuses. De tous les animaux de la planète, la chauve-souris pêcheuse (noctilio leporinus) est peut-être une des créatures les plus incroyables qu'il m'est été donné de voir. FishingSon sonar et sa perception des sons sont tellement développés que cette espèce particulière peut percevoir les sons à travers l'eau et détecter les poissons juste par les ondulations de leur déplacement à la surface. Une fois qu'un poisson de taille convenable est détecté, la chauve-souris fond sur sa proie et l'arrache de la surface de l'eau entre ses pattes pour en faire un festin. Hugo n'avait jamais attrapé une telle chauve-souris auparavant et bien que je fusse certain de leur existence dans la réserve comme j'avais entendu des animaux pêcher dans la crique la nuit, en avoir la preuve était vraiment stupéfiant. A la fin de sa visite, Hugo avait ajouté quatre nouvelles espèces, dont deux en attente d'identification exacte.
Encore tous mes remerciements à Hugo et César pour leur temps et leur expertise ces dernières semaines. Le mois prochain, Mauricio Ugarte reviendra poser ses filets au bénéfice de nos recherches en cours sur les oiseaux donc je suis certain qu'il y aura encore d'autres compte-rendu passionnants à rédiger prochainement.

Stuart Timson
Directeur de la mission écovolontariat

Retour à la liste des actualités

Appelez nous :
04­ 76 57 18 19
  • Contactez-nous
    Envoyer Plus d'options
  • Découvrir
    nos brochures
  • S'abonner Plus d'options
  • Chatter en ligne

S'abonner au Flux RSS

Projects Abroad Actualités
Haut de la page ▲